Noah Baumbach, cinéaste : « La question de l’empathie m’obsède »

Le réalisateur revient sur le chemin accompli depuis « Les Berkman se séparent » (2005), alors qu’est distribué sur Netflix son 8e long-métrage, « Marriage Story ».

Propos recueillis par Publié le 06 décembre 2019 à 07h00

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Noah Baumbach sur le tournage de son film « Marriage Story ».
Noah Baumbach sur le tournage de son film « Marriage Story ». WILSON WEBB/NETFLIX

Mèche brune sur peau claire, Noah Baumbach aiguise son art dialectique avec Marriage Story, son huitième long-métrage de fiction – le deuxième distribué par la plate-forme Netflix. Le film est en partie inspiré par son divorce avec l’actrice Jennifer Jason Leigh, qui l’aurait « beaucoup apprécié ». Il marche sur les brisées de Les Berkman se séparent (2005), où Baumbach évoquait la rupture de ses parents. Recevant la presse dans un hôtel londonien, le New-Yorkais, 50 ans, mesure le chemin accompli.

Lire la critique de « Marriage Story » : Chronique sensible d’un divorce à l’occidentale

En quoi « Marriage Story » fait-il écho aux « Berkman… » ?

Dans Les Berkman…, le divorce était vu depuis la perspective des enfants, et non des adultes comme ici. Ce sont deux films sur la famille, soumise à rude épreuve. Ce sont aussi des récits d’apprentissage, qui abordent ce moment particulier qu’est l’adolescence, quand il faut brûler le château familial pour s’échapper. La séparation des parents, dans la mesure où elle fissure l’édifice, peut accélérer cette fugue.

Dans un portrait que vous consacrait le « New Yorker » en 2013, votre père, le critique de cinéma Jonathan Baumbach, mentionne l’une de vos plaisanteries, selon laquelle « Les Berkman… » montrerait sa pire facette, « Margot va au mariage » (2007) la pire de votre mère, et « Greenberg » (2010) la vôtre. « Marriage Story » dévoile à la fois le meilleur et le pire de vos personnages ?

Les extrêmes coexistent toujours. Il y a cette réplique dans le film : « Les avocats pénalistes voient la meilleure part de mauvaises personnes ; les avocats en droit de la famille voient le pire côté de belles personnes. » La question de l’empathie m’obsède. Alfred Hitchcock en a fait l’un des pivots de son cinéma. Admettons que la caméra adopte le point de vue d’un cambrioleur. S’il s’introduit dans une maison, et qu’il entend quelqu’un entrer, le spectateur aura peur pour le voleur – pas pour la famille qui est en train de se faire cambrioler. C’est l’inverse de ce que l’on ressentirait dans la vraie vie.

Pour qui va l’empathie du spectateur dans « Marriage Story » ?

La première partie adopte la perspective de Nicole, que joue Scarlett Johansson. Le spectateur éprouve son besoin de quitter New York, de s’installer à Los Angeles, etc. Dans la seconde partie, on retrouve Charlie, qu’incarne Adam Driver, déguisé en Homme invisible pour Halloween, à L.A. Il essaie d’accomplir son rôle de père, tout en affrontant des tracas judiciaires, professionnels… Cette fois, le spectateur est de son côté. Dans la première partie, la caméra est à la hauteur des épaules de Scarlett ; puis, dans la seconde, elle est à celle des épaules d’Adam. Dans la partie finale, celle de la médiation, la caméra se retrouve à chacune de ces deux hauteurs. Il s’agissait d’arriver le plus honnêtement possible à la conclusion qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de regarder cette histoire.

Il vous reste 50.32% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.