Cinéma : Anthony Bajon, Tintin de banlieue

Remarqué dans « La Prière » de Cédric Kahn, le jeune acteur est à l’affiche de « Tu mérites un amour », de Hafsia Herzi.

Par Publié le 11 septembre 2019 à 07h01

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Anthony Bajon dans le film de Hafsia Herzi, « Tu mérites un amour ».
Anthony Bajon dans le film de Hafsia Herzi, « Tu mérites un amour ». LES FILMS DE LA BONNE MÈRE

Lorsque Anthony Bajon est revenu l’an passé de Berlin avec son prix d’interprétation − un Ours d’argent −, pour La Prière, de Cédric Kahn, son frère Daniel, de deux ans son aîné, a dit : « Ah oui, viens, on va courir. » Vigneux-sur-Seine. Le 91 – Essonne. Un petit quartier pavillonnaire au milieu des cités. Père serrurier, mère comptable. C’est là que le jeune comédien de 25 ans, à l’affiche de Tu mérites un amour, de Hafsia Herzi, a grandi. « Chez moi, pas de star, pas d’acteur, et c’est bien comme ça… », dit-il.

Lire la critique de « Tu mérites un amour » : Hafsia Herzi signe un premier film plein de liberté

Il a donné rendez-vous à 8 heures du matin à la terrasse d’une brasserie parisienne. Parce qu’ensuite il enchaîne les répétitions. L’ex-toxico, boule de rage et d’énergie, de La Prière, l’amoureux transi, attentionné et rond, de Tu mérites un amour, a depuis perdu 10 kg pour Au nom de la terre, d’Edouard Bergeon, où il donne la réplique à Guillaume Canet (sur les écrans le 25 septembre), et s’apprête à jouer dans La Troisième Guerre, de Giovanni Aloi, un soldat de la mission « Sentinelle » pris dans une manifestation antigouvernementale. « Tous les jours, je me dis : ce n’est pas gagné. Ne pas tomber dans l’euphorie. La Prière, pour moi, c’était le train à ne pas louper. J’y ai jeté toutes mes forces. J’en suis sorti épuisé. »

Lire la critique d’« Au nom de la terre » : Emotions à Marmande face à un film sur le suicide de paysans

Drôle de paroissien : un mélange de réserve polie – orange pressée, tartine – et de combattant en quête d’une place au soleil. Dès qu’il peut, il nage, joue au foot ou au tennis, va à la salle de sport… « J’ai toujours eu beaucoup de névroses, que je n’ai jamais pu extérioriser. Le cinéma me permet de les sortir. Dans La Prière, lorsque je pleure, cela a l’air réel parce que ça l’est. »

Cachet de gamin prolo

Tous les ans à l’école, au collège, au lycée, sur la fiche de renseignements, Anthony Bajon écrivait comme métier qu’il aimerait faire « acteur ». Et jamais on ne l’a pris au sérieux. « “Mais non ! Comme métier, que veux-tu faire ?” me reprenait-on. Mes potes me disaient : “Ah tu veux faire le clown !” J’ai grandi en rêvant de faire du cinéma sans y avoir accès. J’ai été un enfant très seul. »

Il a 5 ans lorsque, après une projection du Roi Lion au Grand Rex, sur les Grands Boulevards à Paris, il décide qu’il fera du cinéma. Passe ton bac d’abord, disent ses parents qui néanmoins l’inscrivent à une école de théâtre dans le 15e arrondissement de Paris, trouvée sur Internet. Tous les samedis, il saute dans le RER D, direction la capitale : « Il faut savoir ce que l’on veut. » Ce petit gabarit porte un brillant à l’oreille gauche qu’il a fait percer à 18 ans, après le bac. « C’était très symbolique. J’étais majeur, je me suis dit : ma vie est à moi. Désormais, que je la réussisse ou que je la plante, c’est ma responsabilité. »

Il vous reste 33.63% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.