Des (beaux) livres sur les arbres, les plantes ou les jardins (à lire en attendant le printemps)

En cette saison de repos pour la végétation, de nombreux ouvrages sur les plantes et les jardins permettent d’attendre (sans trop d’impatience) la belle saison.

Publié le 09 décembre 2019 à 16h25 - Mis à jour le 09 décembre 2019 à 16h29

  • L’auteur de cet ouvrage de référence, architecte en chef des monuments historiques,  est responsable des Trianons, résidences de plaisance des monarques qui se sont succédé à Versailles. Son éclairage érudit sur l’histoire de ces architectures superbes qui ont eu pour hôtes Louis XIV, Louis XV, Marie-Antoinette, Napoléon, Louis-Philippe ou... les visiteurs du général de Gaulle est complété par une description détaillée des jardins qui leur servirent d’écrin. Les illustrations reproduisant des gravures, des peintures et des plans des jardins encadrent la présentation des intérieurs et du mobilier. Les photographies de Francis Hammond, quant à elles, donnent envie de flâner, loin des foules du château, entre le belvédère du Jardin anglais et le séquoïa géant du jardin de Jussieu.

    "Trianon et le hameau de la Reine", Jacques Moulin, avec la contribution d'Yves Carlier, photographies de Francis Hammond, Château de Versailles/Flammarion, 304 p., 75 €

    L’auteur de cet ouvrage de référence, architecte en chef des monuments historiques,  est responsable des Trianons, résidences de plaisance des monarques qui se sont succédé à Versailles. Son éclairage érudit sur l’histoire de ces architectures superbes qui ont eu pour hôtes Louis XIV, Louis XV, Marie-Antoinette, Napoléon, Louis-Philippe ou... les visiteurs du général de Gaulle est complété par une description détaillée des jardins qui leur servirent d’écrin. Les illustrations reproduisant des gravures, des peintures et des plans des jardins encadrent la présentation des intérieurs et du mobilier. Les photographies de Francis Hammond, quant à elles, donnent envie de flâner, loin des foules du château, entre le belvédère du Jardin anglais et le séquoïa géant du jardin de Jussieu. FLAMMARION

  • L’auteur de cet ouvrage écrit de manière documentée et non sans humour est le propriétaire du Parc du manoir de la Javelière, dans le Loiret. La dizaine de « parcomanes » dont il décrit la coûteuse passion ont englouti des fortunes dans l’aménagement de jardins somptueux souvent disparus. Car si la Villa d’Este ou... Versailles ont survécu aux dilapidations de leurs mugnificents commanditaires, il reste peu de chose des extravagances de la Folie Saint-James, à Neuilly, et rien de l’ostentatoire parc parisien de Beaumarchais. En guise de conclusion, le livre évoque la création ex nihilo des superbes jardins de Champ-de-Bataille, dans l’Eure, par le décorateur Jacques Garcia – qui, nous précise l’auteur, ne se serait pas encore ruiné...

    "Chers jardins. Quand la passion mène à la ruine", Patrick Masure, Delachaux et Niestlé, 208 p., 32 €

    L’auteur de cet ouvrage écrit de manière documentée et non sans humour est le propriétaire du Parc du manoir de la Javelière, dans le Loiret. La dizaine de « parcomanes » dont il décrit la coûteuse passion ont englouti des fortunes dans l’aménagement de jardins somptueux souvent disparus. Car si la Villa d’Este ou... Versailles ont survécu aux dilapidations de leurs mugnificents commanditaires, il reste peu de chose des extravagances de la Folie Saint-James, à Neuilly, et rien de l’ostentatoire parc parisien de Beaumarchais. En guise de conclusion, le livre évoque la création ex nihilo des superbes jardins de Champ-de-Bataille, dans l’Eure, par le décorateur Jacques Garcia – qui, nous précise l’auteur, ne se serait pas encore ruiné... DELACHAUX ET NIESTLÉ

  • Barbara de Nicolaÿ, la propriétaire du château du Lude, dans la Sarthe, partage son amour des jardins avec de nombreux propriétaires de domaines situés sur les bords de Loire. Elle entend communiquer au lecteur cette passion, évoquant ces châteaux créés ou réaménagés à la Renaissance, chefs-d’œuvre d’architecture dotés de jardins aux influences italiennes, puis modèles de jardins réguliers. Les très belles photographies d’Hervé Lenain permettent de voir, vus du ciel, les aménagements paysagers du XIXe siècle, mais aussi des recréations plus contemporaines qui cherchent à renouer avec l’esthétique des origines.

    "Jardins des châteaux de la Loire", photographies d'Hervé Lenain, textes de Barbara de Nicolaÿ, Ulmer, 224 p., 32 €

    Barbara de Nicolaÿ, la propriétaire du château du Lude, dans la Sarthe, partage son amour des jardins avec de nombreux propriétaires de domaines situés sur les bords de Loire. Elle entend communiquer au lecteur cette passion, évoquant ces châteaux créés ou réaménagés à la Renaissance, chefs-d’œuvre d’architecture dotés de jardins aux influences italiennes, puis modèles de jardins réguliers. Les très belles photographies d’Hervé Lenain permettent de voir, vus du ciel, les aménagements paysagers du XIXe siècle, mais aussi des recréations plus contemporaines qui cherchent à renouer avec l’esthétique des origines. ULMER

  • Ce beau catalogue accompagne l’exposition qui, au château d’Angers, présente jusqu’au 15 mars 2020 des tapisseries ayant pour thème la nature ou les jardins. Une grande partie des chefs-d’œuvre exposés – et ici analysés et commentés avec érudition – est issue des collections de la cathédrale angevine. Les tapisseries millefleurs du Moyen Age ou de la Renaissance, les représentations de jardins symboliques tout autant que les « verdures » des XVIIe-XVIIIe siècles sont un enchantement pour le regard – et une mine d’informations pour les spécialistes. En conclusion de l’ouvrage, un petit herbier, dû à l’historienne des jardins Isabelle Levêque, inventorie la flore des tapisseries médiévales présentées.

    "Nature et jardins de lice (XVe-XXIe siècle)", collection "Trésor de tapisseries", collectif, DRAC/303, 128 p., 10 €

    Ce beau catalogue accompagne l’exposition qui, au château d’Angers, présente jusqu’au 15 mars 2020 des tapisseries ayant pour thème la nature ou les jardins. Une grande partie des chefs-d’œuvre exposés – et ici analysés et commentés avec érudition – est issue des collections de la cathédrale angevine. Les tapisseries millefleurs du Moyen Age ou de la Renaissance, les représentations de jardins symboliques tout autant que les « verdures » des XVIIe-XVIIIe siècles sont un enchantement pour le regard – et une mine d’informations pour les spécialistes. En conclusion de l’ouvrage, un petit herbier, dû à l’historienne des jardins Isabelle Levêque, inventorie la flore des tapisseries médiévales présentées. DRAC/303

  • Cet « herbier littéraire » vient compléter une collection qui comprend déjà un « Proust » et un « Marie-Antoinette ». Ce « Joséphine » est dû à l’ancienne conservatrice du Musée de la vie romantique, spécialiste du « Raphaël des fleurs » Pierre-Joseph Redouté  (1759-1840). Il décrit la passion pour la botanique de Marie-Josèphe de Beauharnais, que celle-ci, richement pourvue par son ex-impérial époux, pu entretenir tout au long de sa vie, à la Malmaison, mais aussi à Navarre, près d’Evreux. L’impératrice joua ainsi un rôle essentiel dans l’acclimatation en France de nombreuses plantes exotiques, et elle s’entoura à cette fin de botanistes de renom, en ayant recours aux services d’artistes de talent, dont les superbes planches sont reproduites ici.

    "Herbier de Joséphine", Catherine de Bourgoing, Flammarion, 224 p., 29,90 €.

    Cet « herbier littéraire » vient compléter une collection qui comprend déjà un « Proust » et un « Marie-Antoinette ». Ce « Joséphine » est dû à l’ancienne conservatrice du Musée de la vie romantique, spécialiste du « Raphaël des fleurs » Pierre-Joseph Redouté  (1759-1840). Il décrit la passion pour la botanique de Marie-Josèphe de Beauharnais, que celle-ci, richement pourvue par son ex-impérial époux, pu entretenir tout au long de sa vie, à la Malmaison, mais aussi à Navarre, près d’Evreux. L’impératrice joua ainsi un rôle essentiel dans l’acclimatation en France de nombreuses plantes exotiques, et elle s’entoura à cette fin de botanistes de renom, en ayant recours aux services d’artistes de talent, dont les superbes planches sont reproduites ici. FLAMMARION

  • Traduit de l’anglais, ce livre original apporte un nouvel éclairage sur les rapports privilégiés entre les peintres et les jardins. Monet, Cézanne, Renoir... Les liens sont évidents, et les images sont familières au lecteur français. En revanche, il est fort probable qu’il découvre les jardins de l’Allemand Max Liebermann, de l’Espagnol Joaquin Sorolla, des peintres danois de Skagen ou des hôtes du groupe du Cavalier bleu. Juste retour des choses, les toiles inspirées à ces peintres au talent affirmé ont servi de modèles lors de la réhabilitation de leurs jardins trop souvent longtemps négligés.

    "Jardins d'artistes. Sources d'inspiration et lieux de vie des plus grands peintres", Jackie Bennett, Ulmer, 224 p., 35 €

    Traduit de l’anglais, ce livre original apporte un nouvel éclairage sur les rapports privilégiés entre les peintres et les jardins. Monet, Cézanne, Renoir... Les liens sont évidents, et les images sont familières au lecteur français. En revanche, il est fort probable qu’il découvre les jardins de l’Allemand Max Liebermann, de l’Espagnol Joaquin Sorolla, des peintres danois de Skagen ou des hôtes du groupe du Cavalier bleu. Juste retour des choses, les toiles inspirées à ces peintres au talent affirmé ont servi de modèles lors de la réhabilitation de leurs jardins trop souvent longtemps négligés. ULMER

  • Ecrivain milanais tombé amoureux du Maroc, l’auteur de ce livre est le créateur de l’extraordinaire jardin de Rohuna, un village de la région de Tanger. Impliquant la communauté villageoise de ce lieu qu’il a choisi (à moins, dit-il, que ce ne soit le lieu qui l’ait choisi, lui...), il n’a eu de cesse depuis trente ans de l’améliorer, terrassant, creusant, irriguant, plantant. Plantant surtout, mais principalement toutes sortes d’arbres et de végétaux menacés par des chantiers de construction qui bétonnent à tout-va. Sauvés de l’arrachage, lauriers-roses, figuiers et oliviers s’intègrent ainsi harmonieusement (en témoignent les très belles photographies de Ngoc Minh Ngo) aux extraordinaires paysages fleuris d’un jardin de rêve.

    "Un jardin rêvé. Rohuna, nord du Maroc", Umberto Pasti, photographies de Ngoc Minh Ngo, Flammarion, 240 p., 60 €.

    Ecrivain milanais tombé amoureux du Maroc, l’auteur de ce livre est le créateur de l’extraordinaire jardin de Rohuna, un village de la région de Tanger. Impliquant la communauté villageoise de ce lieu qu’il a choisi (à moins, dit-il, que ce ne soit le lieu qui l’ait choisi, lui...), il n’a eu de cesse depuis trente ans de l’améliorer, terrassant, creusant, irriguant, plantant. Plantant surtout, mais principalement toutes sortes d’arbres et de végétaux menacés par des chantiers de construction qui bétonnent à tout-va. Sauvés de l’arrachage, lauriers-roses, figuiers et oliviers s’intègrent ainsi harmonieusement (en témoignent les très belles photographies de Ngoc Minh Ngo) aux extraordinaires paysages fleuris d’un jardin de rêve. FLAMMARION

  • Promis au lotissement il y a plus de trente ans, le Domaine du Rayol est né de la rencontre entre le Conservatoire du littoral et le paysagiste Gilles Clément. Ce « jardin des Méditerranées », comme l’a appelé son concepteur, présente sur une vingtaine d’hectares une succession de  jardins exubérants à la végétation exotique, qui ont pour noms Jardin d’Asie subtropicale ou J’ardin d’Amérique aride. Leur agencement permet au visiteur d’aller de découverte en découverte, jusqu’aux points de vue à couper le souffle sur un littoral préservé. Ce livre, écrit à quatre mains avec un témoin privilégié, fera revivre à ses lecteurs les belles heures de la Côte d’Azur, ainsi que l’aventure de la création de ce jardin exceptionnel.

    "Le Domaine du Rayol. Oser les Méditerranées", Jean-Philippe Grillet, Gilles Clément, Actes Sud/Domaine du Rayol, 256 p., 39 €

    Promis au lotissement il y a plus de trente ans, le Domaine du Rayol est né de la rencontre entre le Conservatoire du littoral et le paysagiste Gilles Clément. Ce « jardin des Méditerranées », comme l’a appelé son concepteur, présente sur une vingtaine d’hectares une succession de  jardins exubérants à la végétation exotique, qui ont pour noms Jardin d’Asie subtropicale ou J’ardin d’Amérique aride. Leur agencement permet au visiteur d’aller de découverte en découverte, jusqu’aux points de vue à couper le souffle sur un littoral préservé. Ce livre, écrit à quatre mains avec un témoin privilégié, fera revivre à ses lecteurs les belles heures de la Côte d’Azur, ainsi que l’aventure de la création de ce jardin exceptionnel. ACTES SUD

  • Georges Feterman préside l’association ARBRES, qui œuvre à la protection des arbres remarquables et à la reconnaissance des arbres en général comme un authentique patrimoine à préserver. Naturaliste de formation (il a longtemps été enseignant), son amour de la randonnée l’a amené à sillonner les routes et les chemins de l’Hexagone, où il a pris des milliers de photagraphies... d’arbres. Chacun de ces chênes, de ces oliviers ou de ces ifs centenaires raconte une histoire dans laquelle, bien souvent, l’homme a joué un rôle. Et ce sont ces belles « histoires d’arbres », illustrées, qui nous sont contées ici.

    "L'Arbre dans tous ses états", Georges Feterman, Delachaux et Niestlé, 240 p., 29,90 €

    Georges Feterman préside l’association ARBRES, qui œuvre à la protection des arbres remarquables et à la reconnaissance des arbres en général comme un authentique patrimoine à préserver. Naturaliste de formation (il a longtemps été enseignant), son amour de la randonnée l’a amené à sillonner les routes et les chemins de l’Hexagone, où il a pris des milliers de photagraphies... d’arbres. Chacun de ces chênes, de ces oliviers ou de ces ifs centenaires raconte une histoire dans laquelle, bien souvent, l’homme a joué un rôle. Et ce sont ces belles « histoires d’arbres », illustrées, qui nous sont contées ici. DELACHAUX ET NIESTLÉ

  • Rédigé pour les enfants et adolescents curieux (mais les adultes urbains... stressés y trouveront aussi leur bonheur), ce livre aux illustrations claires et poétiques est une véritable encyclopédie des arbres. Silhouette, architecture, feuilles, écorce, bourgeons, fleurs et fruits sont décrits avec précision et simplicité, permettant aux apprentis dendrologues de reconnaître l’aulne glutineux, le houx commun ou le micocoulier provençal. Quelques paragraphes synthétisent les connaissances scientifiques en matière de vie souterraine ou de photosynthèse. Les parents qui ont séché les cours de sciences nat’ profiteront, eux aussi, de ces rappels fort utiles.

    "Les Arbres c’est pas sorcier (Guide illustré pour connaître et aimer les arbres)", Victor Coutard, illustrations de Yannis Varoutsikos, Marabout, 212 p., 19,90 €

    Rédigé pour les enfants et adolescents curieux (mais les adultes urbains... stressés y trouveront aussi leur bonheur), ce livre aux illustrations claires et poétiques est une véritable encyclopédie des arbres. Silhouette, architecture, feuilles, écorce, bourgeons, fleurs et fruits sont décrits avec précision et simplicité, permettant aux apprentis dendrologues de reconnaître l’aulne glutineux, le houx commun ou le micocoulier provençal. Quelques paragraphes synthétisent les connaissances scientifiques en matière de vie souterraine ou de photosynthèse. Les parents qui ont séché les cours de sciences nat’ profiteront, eux aussi, de ces rappels fort utiles. MARABOUT

  • Déjà auteure du remarqué « Des hommes et des graines » (chez le même éditeur), Nathalie Vidal est archéologue et historienne de l’art. Elle décrit ici l’incroyable variété de l’univers des graines, tant d’un point de vue botanique que culturel ou ethnographique. La riche iconographie de l’ouvrage inclut des planches anciennes et des photographies de graines à l’état naturel, transformées en bijoux ou en... chapelets. La lecture suscite autant l’étonnement devant la diversité de leurs formes que l’émerveillement devant leur simple beauté. Pour ne rien dire des stupéfiantes stratégies employées pour permettre leur dissémination ou leur germination.

    "Les Graines et leurs usages", Nathalie Vidal, Delachaux et Niestlé, 444 p., 39,90 €

    Déjà auteure du remarqué « Des hommes et des graines » (chez le même éditeur), Nathalie Vidal est archéologue et historienne de l’art. Elle décrit ici l’incroyable variété de l’univers des graines, tant d’un point de vue botanique que culturel ou ethnographique. La riche iconographie de l’ouvrage inclut des planches anciennes et des photographies de graines à l’état naturel, transformées en bijoux ou en... chapelets. La lecture suscite autant l’étonnement devant la diversité de leurs formes que l’émerveillement devant leur simple beauté. Pour ne rien dire des stupéfiantes stratégies employées pour permettre leur dissémination ou leur germination. DELACHAUX ET NIESTLÉ

  • Cet ouvrage a pour auteur un botaniste (le Muséum national d’histoire naturelle et le Conservatoire botanique du Bassin parisien ayant apporté leur caution), et il peut donc être mis entre toutes les mains. Car il y est question de la... sexualité d’une vingtaine de plantes dont les mécanismes de reproduction sont décrits avec une précision toute scientifique, mais non sans une pointe de poésie ou d’humour.  Nénuphar blanc,  gouet tacheté ou callitriche à feuilles obtuses ont été photographiés sous toutes les coutures par un... récidiviste talentueux qui avait déjà mis la main à un précédent « Les Arbres amoureux ou Comment se reproduire sans bouger », paru chez le même éditeur.

    "Les Fleurs amoureuses ou Comment se reproduire en couleurs", Frédéric Hendoux, photographies de Stéphane Hette, Salamandre éd., 144 p., 39 €

    Cet ouvrage a pour auteur un botaniste (le Muséum national d’histoire naturelle et le Conservatoire botanique du Bassin parisien ayant apporté leur caution), et il peut donc être mis entre toutes les mains. Car il y est question de la... sexualité d’une vingtaine de plantes dont les mécanismes de reproduction sont décrits avec une précision toute scientifique, mais non sans une pointe de poésie ou d’humour.  Nénuphar blanc,  gouet tacheté ou callitriche à feuilles obtuses ont été photographiés sous toutes les coutures par un... récidiviste talentueux qui avait déjà mis la main à un précédent « Les Arbres amoureux ou Comment se reproduire sans bouger », paru chez le même éditeur. SALAMANDRE

  • Séduisantes, colorées, appétissantes, ou, au contraire, d’apparence inoffensive : certaines plantes présentes dans le jardin ou répandues dans la nature ont  des propriétés qui les rendent dangereuses, voires mortelles pour l’homme et les animaux. De la ciguë bue par Socrate à la taxine de l’if commun, létale pour les chevaux, en passant par le pavot de l’ancienne Egypte, les exemples présentés dans cet ouvrage qui fait le tour de la question sont à la fois inquiétants et fascinants. Les explications scientifiques, la description des effets toxiques et les nombreux faits divers tragiques commentés rendent... captivante la lecture de cet ouvrage unique.

    "Les Plantes qui tuent. Les végétaux les plus toxiques du monde et leurs stratégies de défense", Elizabeth Dauncey et Sonny Larsson, Ulmer, 224 p., 32 €

    Séduisantes, colorées, appétissantes, ou, au contraire, d’apparence inoffensive : certaines plantes présentes dans le jardin ou répandues dans la nature ont  des propriétés qui les rendent dangereuses, voires mortelles pour l’homme et les animaux. De la ciguë bue par Socrate à la taxine de l’if commun, létale pour les chevaux, en passant par le pavot de l’ancienne Egypte, les exemples présentés dans cet ouvrage qui fait le tour de la question sont à la fois inquiétants et fascinants. Les explications scientifiques, la description des effets toxiques et les nombreux faits divers tragiques commentés rendent... captivante la lecture de cet ouvrage unique. ULMER

113

Cette sélection de livres de jardin de fin d’année nous emmène à Trianon (à Versailles), dans des jardins sublimes mais... ruineux, en Touraine et dans les alentours, sur des tapisseries de haute et basse lice, dans l’herbier de Joséphine (de Beauharnais), chez Monet et Renoir, mais aussi Kandinsky, dans un jardin de rêve (au Maroc), au Domaine du Rayol (dans le Var), au pied d’arbres remarquables ou dans les branches d’arbres tout court, ainsi que dans l’univers des graines, la chambre à coucher des fleurs ou... l’enfer du poison végétal.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.