A Angers, des journées d’étude où « textile » a rimé avec « jardin »

En contrepoint d’une exposition qui se tient au château d’Angers jusqu’au 15 mars, l’Association française pour l’étude des textiles a exploré les « jardins d’Eden »

Par Publié le 26 janvier 2020 à 19h44 - Mis à jour le 29 janvier 2020 à 09h43

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Le jardin du Musée des beaux-arts d’Angers.
Le jardin du Musée des beaux-arts d’Angers. L. JEDWAB/« LE MONDE »

C’est dans l’auditorium du Musée des beaux-arts d’Angers (récemment agrandi et réaménagé dans un ensemble de bâtiments rénovés du centre historique) que se sont tenues, du 21 au 23 novembre 2019, des journées d’étude ayant pour intitulé « Le textile : un jardin d’Eden ». Celles-ci accompagnaient l’inauguration de l’exposition « Trésor de tapisseries. Nature et jardins de lice (XVe-XXIe siècle) », qui se tient dans le château d’Angers jusqu’au 15 mars 2020. Organisées par l’AFET, l’Association française pour l’étude des textiles, ces journées ont réuni un parterre de spécialistes de la tapisserie et du tissu teint ou brodé, avec pour... fil conducteur la représentation du végétal ou son utilisation dans la production ou la décoration.

« Le Chant du monde », de Jean Lurçat, ensemble de tapisseries commencé en 1956 et achevé en 1966, après la mort de l’artiste, est exposé dans l’ancienne salle des malades de l’hôpital Saint-Jean d’Angers.
« Le Chant du monde », de Jean Lurçat, ensemble de tapisseries commencé en 1956 et achevé en 1966, après la mort de l’artiste, est exposé dans l’ancienne salle des malades de l’hôpital Saint-Jean d’Angers. L. JEDWAB/« LE MONDE »

Le choix de la capitale de l’Anjou ne relève pas du hasard, puisque s’y trouve le Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine, et que son imposant château abrite un chef-d’œuvre de la tapisserie médiévale, la tenture de l’Apocalypse. Unique en son temps, celle-ci l’était tant par ses dimensions (140 mètres de long à l’origine, plus que... 100 aujourd’hui) que par la qualité de son exécution. Les scènes au dessin savant tirées du livre attribué à l’apôtre Jean sont rehaussées par une spectaculaire palette de rouges ou de bleus tirés de plantes tinctoriales comme la garance ou le pastel.

« La Grande Prostituée sur les eaux », détail de la tenture de l’Apocalypse exposée dans le château d’Angers.
« La Grande Prostituée sur les eaux », détail de la tenture de l’Apocalypse exposée dans le château d’Angers. L. JEDWAB/« LE MONDE »

La teinture végétale, il en a aussi été question lors des journées d’étude angevines, qui évoquèrent ensuite, dans une communication documentée de Françoise de Loisy, conservatrice du musée de la tapisserie, la nature dans la création textile contemporaine. (L’exposition temporaire du musée, « Collections ! Collections ! », présente ainsi, jusqu’au 26 avril, quelques œuvres où cette idée est présente.) Les tissages végétaux d’artistes, particulièrement ceux de Marie-Noëlle Fontan, ont été présentés au cours d’un des « quarts d’heure de l’artiste », avant que la thématique des fleurs ne soit explorée.

« Graminées sauvages » (2008, détail), de Marie-Noëlle Fontan, partie d’un triptyque de tissages de fils et de graminées sauvages présenté au Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine d’Angers.
« Graminées sauvages » (2008, détail), de Marie-Noëlle Fontan, partie d’un triptyque de tissages de fils et de graminées sauvages présenté au Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine d’Angers. L. JEDWAB/« LE MONDE »

Des fleurs présentes sur des dentelles provenant des collections d’un musée royal bruxellois ; puis dans la symbolique du pouvoir, entre laurier, lys, fritillaire, palmes ou feuille de chêne, sous la monarchie, l’Empire ou la Restauration ; ensuite sur les maillots de coton des... joueurs de rugby au début du XXe siècle ; et enfin dans l’industrie – à la faible... fibre sociale – des fleurs artificielles à la fin du XIXe. Avant que Séverina Lartigue vienne présenter ses créations contemporaines de fleurs en soie, dont le « naturel » rendu par une maîtrise de la technique et la diversité des matériaux employés suscite une véritable émotion.

Il vous reste 60.26% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.