Le groupe Hachette renonce à publier les mémoires de Woody Allen

Des employés de la maison d’édition ainsi que Ronan Farrow, le fils du cinéaste, avaient dénoncé cette publication. M. Allen est accusé d’agression sexuelle par sa fille adoptive, Dylan Farrow.

Le Monde avec AFP Publié le 06 mars 2020 à 22h41 - Mis à jour le 07 mars 2020 à 11h23

Temps de Lecture 3 min.

Le réalisateur Woody Allen en mai 2016 à Cannes.

Le groupe Hachette, dont la filiale Grand Central Publishing devait publier Apropos of Nothing, les mémoires de Woody Allen, renonce à les publier. Le livre qui devait sortir aux Etats-Unis le 7 avril et en France le 29 avril, aux éditions Stock (groupe Haachette Livre), sous le titre Soit dit en passant, est « le récit exhaustif de sa vie, à la fois personnelle et professionnelle, et revient sur sa carrière au cinéma, à la télévision, sur la scène des clubs ainsi que sur son travail d’écrivain », avait fait savoir l’éditeur dans un coammuniqué.

« La décision d’annuler le livre de M. Allen a été difficile (…), nous n’annulons pas de livre à la légère », a écrit, vendredi 6 mars dans un courriel à l’Agence France-Presse, Sophie Cottrell, porte-parole du groupe Hachette aux Etats-Unis. « Ces derniers jours, la direction de HBG [Hachette Book Group] a eu de longues discussions avec le personnel et d’autres. Après avoir écouté, nous sommes arrivés à la conclusion que maintenir la publication n’était pas faisable pour HBG », a-t-elle ajouté, précisant qu’Hachette rendrait tous les droits achetés à Woody Allen.

« En tant qu’éditeur, nous veillons chaque jour dans notre travail à ce que des voix diverses et des points de vue contradictoires puissent être entendus. En tant que société, nous sommes également déterminés à offrir une ambiance de travail stimulante et chaleureuse à tous nos employés. » Sur France Inter, le PDG des éditions Stock, Manuel Carcassonne, avait appelé, vendredi, à « ne pas tout amalgamer », affirmant que « Woody Allen n’est pas Roman Polanski ».

Lire aussi Violences sexuelles : vingt-cinq ans d’accusations contre Woody Allen

Refus des éditeurs américains

Jusqu’à présent, les grands éditeurs américains s’étaient refusés à publier l’autobiographie du cinéaste. Cette décision intervient au lendemain d’une manifestation de dizaines d’employés d’Hachette, qui sont sortis de leurs bureaux à New York pour dénoncer la publication du livre du cinéaste prolifique, accusé d’avoir abusé sexuellement de sa fille adoptive Dylan Farrow en 1992.

Cette action était elle-même la suite de protestations émises par le journaliste du New Yorker Ronan Farrow, frère de Dylan et à la pointe du mouvement #metoo. Il avait annoncé avoir appris par la presse que le groupe Hachette, éditeur de son propre livre, Catch and Kill (Les faire taire dans l’édition française), sur les dessous de l’affaire Weinstein, allait publier le livre de son père.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ronan Farrow : « Ce qui se passe autour de Roman Polanski et d’Adèle Haenel est prometteur »

« Hachette n’a pas procédé à des vérifications quant au contenu de ce livre », a affirmé le fils de Woody Allen. Ronan Farrow a soutenu que l’éditeur n’avait pas contacté sa sœur Dylan pour comparer sa version à celle de son père adoptif, Woody Allen, ce qui constitue, pour lui, « un manque fou de professionnalisme ». « Cela démontre un manque d’éthique et de compassion pour les victimes d’agressions sexuelles », a dénoncé M. Farrow qui a annoncé qu’il ne travaillerait plus avec le groupe Hachette.

Les accusations de Dylan Farrow ne sont pas nouvelles, et le célèbre cinéaste new-yorkais les a toujours démenties. Mais, soutenue par son frère et sa mère, Mia Farrow, Dylan Farrow les a renouvelées début 2018, dans la foulée du mouvement #metoo.

Hachette rendrait tous les droits achetés à Woody Allen.

La reconnaissance de Dylan Farrow, l’inquiétude de Stephen King

Après avoir déjà salué les employés d’Hachette jeudi, Dylan Farrow leur a témoigné sa « reconnaissance » vendredi. « Pour quelqu’un qui s’est longtemps senti seul avec son histoire, la journée d’hier rappelle qu’on peut faire une différence quand les gens s’unissent pour ce qui est juste », a-t-elle écrit sur Twitter.

Woody Allen n’a, lui, pas immédiatement réagi. Mais sur les réseaux sociaux, certains ont critiqué Hachette, comme l’écrivain Stephen King. « La décision d’Hachette de laisser tomber Woody Allen me met très mal à l’aise. Ce n’est pas lui, je me fiche de M. Allen. Ce qui m’inquiète, c’est qui sera muselé au prochain coup », a tweeté l’auteur de nombreux best-sellers adaptés au cinéma.

Lire aussi Violences sexuelles : vingt-cinq ans d’accusations contre Woody Allen

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.