Tommy Wiseau fait étalage de ses ratages

L’acteur et réalisateur surfe sur le culte qui entoure son navet, « The Room », dont s’est inspiré James Franco pour « The Disaster Artist ».

Par Publié le 09 mars 2018 à 17h42 - Mis à jour le 13 mars 2018 à 06h29

Temps de Lecture 10 min.

Article réservé aux abonnés

Tommy Wiseau (à gauche) et Greg Sestero, le 16 février à Paris.

Cuillers en plastique et ballons de foot américain qui voltigent de siège en siège ; florilège d’insultes adressées par le public aux personnages qui défilent sur l’écran – « Ta gueule la vioque ! », « Salope ! », « Arrête de toucher cet enfant, pédophile ! »… – ; formules ésotériques – « La porte ! », « San Francisco ! », « Oh hi ! »… – récitées par une foule fanatisée : c’est un spectacle d’un autre siècle que le Grand Rex a donné à voir, les 15 et 16 février. Le film projeté, The Room, a beau avoir été réalisé en 2003, l’impression était tenace, à la sortie de la salle parisienne, de revenir aux premiers âges du cinéma, lorsqu’il n’était qu’un art forain parmi d’autres. « Je n’ai jamais rien vécu d’aussi horrible ! », pestait une spectatrice. « Quel kif ! », se pâmait un autre, qui s’était plié au dress-code de la soirée : costard trop large pour les hommes, robe rouge pour les femmes.

Ils étaient près de cinq mille ainsi rassemblés pour voir ou, dans l’immense majorité des cas, revoir « le meilleur mauvais film jamais réalisé », selon la formule des organisateurs, le distributeur et éditeur Carlotta, le ciné-club Panic ! Cinema, le webzine Chroma et le site Nanarland. L’événement visait à promouvoir l’arrivée dans les cinémas français, le 7 mars, de The Disaster Artist, la fiction de James Franco sur la genèse de The Room, et celle dans les librairies, concomitante, de l’ouvrage dont Franco s’est inspiré, lui aussi intitulé The Disaster Artist, signé Greg Sestero et Tom Bissell.

Entre le corbeau et le paon

Pour l’occasion, Tommy Wiseau, le drôle d’oiseau qui avait pondu The Room, s’était posé quelques jours à Paris. Perché, le volatile tient à la fois du corbeau et du paon. Lunettes noires, toison de jais, veste bleu pétrole, manières de vampire et rire de croque-mort, Piotr Wieczorkiewicz a eu plusieurs vies avant de se pavaner sur toutes les estrades du monde, déguisé en Wiseau, son pseudo. Sur scène, où il plastronne avant la diffusion du nanar, sa présence-absence lunaire apporte un flottement bienvenu à un rituel réglé au cordeau. En interview, l’hurluberlu fait autant commerce de cachotterie que d’exhibitionnisme.

La bande-annonce de « The Disaster Artist »

Inutile de lui demander de lever le voile sur les zones d’ombre que recèle sa biographie. Attendez-vous, en revanche, à ce qu’il s’effeuille au débotté pour vous faire admirer le caleçon qu’il a conçu – l’homme est aussi styliste, comme l’attestent les initiales T et W qui siglent les poches de son falzar. Il s’offusque qu’on le compare à Ed Wood, le réalisateur de séries Z auquel Johnny Depp, dans le biopic de Tim Burton, prête ses traits. Mais confesse avoir rêvé que le même Depp campe son rôle à l’écran. « James a fait du bon boulot », nuance-t-il aussitôt, sans rancune contre Franco, qui l’a empêché de prendre la parole le 7 janvier, sur la scène des Golden Globes, au moment de recevoir le trophée du meilleur acteur.

Il vous reste 53.02% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.