Le barreau d’affaires, un clan super-sélectif

Face à la hausse du nombre de diplômés du barreau, les cabinets d’affaires privilégient les jeunes avocats présentant un double parcours.

Par Publié le 18 mars 2020 à 10h00

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Laurène Bourdais/Photononstop / Laurène Bourdais / Photononstop

On les trouve essentiellement à Paris et dans les Hauts-de-Seine, où jusque tard le soir ils conseillent et défendent des grandes entreprises, institutions financières et autres fonds. Les avocats du barreau d’affaires forment un clan à part dans leur profession. « S’ils représentent 20 % du barreau, ils constituent, en réalité, 80 % du chiffre d’affaires global des avocats en France », explique Caura Barszcz, directrice de la publication « Juristes associés ».

« Le double diplôme, un quasi-prérequis »

L’une de leurs spécificités tient à leur parcours d’études. Parmi les jeunes avocats d’affaires, on trouve une grande part de « doubles diplômés », qui sont passés par l’école du barreau et par une école de commerce ou un institut d’études politiques. Certains ont obtenu un barreau étranger. Ceux qui n’ont été « qu’à » l’université présentent, quant à eux, un parcours universitaire d’excellence.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Atypique et méconnue, la prépa droit-économie monte en puissance

« Si un diplôme d’avocat est suffisant pour le barreau traditionnel, le double diplôme est devenu un quasi-prérequis pour les cabinets d’affaires de premier ordre. Au minimum, il faut un très bon cursus universitaire et une parfaite maîtrise de l’anglais, par exemple avec un LLM [master anglo-saxon en droit] », explique Martin Chevillard, ex-avocat, fondateur du cabinet de recrutement Chevillard Executive. « Aujourd’hui, les annonces de collaboration dans les cabinets majeurs d’affaires à Paris mentionnent tous une double formation », souligne l’avocat d’affaires Frédéric Le Lay, qui a lui-même effectué un double parcours.

Un outil de sélection

Dans les années 1990, la financiarisation de l’économie, l’augmentation des échanges internationaux, la fusion entre les professions d’avocat et de conseil juridique ainsi que l’installation de cabinets anglo-saxons à Paris transforment considérablement la profession. Le barreau d’affaires cherche à attirer ceux qui parlent anglais et qui comprennent les enjeux liés au « business ». Or on ne les trouve pas sur les bancs de la faculté de droit.

Les étudiants qui s’ennuyaient en école de commerce ont trouvé dans le droit la stimulation intellectuelle qu’ils avaient en prépa HEC

« Sentant que certains étudiants risquaient de partir étudier le droit à l’étranger, beaucoup de facultés de droit françaises ont développé des enseignements en anglais, des doubles cursus, des partenariats avec de grandes écoles. Les cabinets d’affaires ont également pesé pour le développement de doubles diplômes droit-management. Ils recherchent des collaborateurs et collaboratrices qui parlent autant la langue du droit que celle des affaires », explique Emilie Biland, professeure de sociologie à Sciences Po et spécialiste des métiers du droit.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.