« Je n’aurais jamais supporté de rester seule dans mon 20 m2 » : les étudiants tentés de rentrer chez leurs parents en temps de confinement

Les étudiants français ont dû rapidement choisir entre rester cloîtrés chez eux et rentrer chez leurs parents, au risque de les mettre en danger.

Par Publié le 17 mars 2020 à 09h19 - Mis à jour le 18 mars 2020 à 10h18

Temps de Lecture 3 min.

Gare de Montparnasse, à Paris, des passagers montent dans un TGV complet en direction de Bordeaux, le 16 mars 2020.
Gare de Montparnasse, à Paris, des passagers montent dans un TGV complet en direction de Bordeaux, le 16 mars 2020. JULIEN MUGUET POUR « LE MONDE »

A l’autre bout du fil, on entend, derrière la voix de Nolwenn, le brouhaha de la gare Montparnasse, à Paris, lundi 16 mars. Quelques heures plus tôt, l’étudiante a rafraîchi la page Internet de la SNCF de manière méthodique – toutes les cinq minutes – avant d’obtenir le précieux sésame : un aller simple pour Rennes. A 22 ans, elle a choisi de vivre le confinement chez ses parents, dans la commune de Chantepie (Ille-et-Vilaine). « Au début, je ne voulais pas rentrer, pour ne pas risquer de contaminer ma famille, témoigne-t-elle. Mais je n’aurais jamais supporté de rester seule, enfermée dans mon studio de vingt mètres carrés. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avant le confinement, ils fuient à la campagne : « On savait qu’il fallait faire vite »

En master finance et stratégie à Sciences Po, Nolwenn est en stage au ministère de l’économie : « Voir l’armée contrôler nos déplacements dans les rues de Paris, ça aurait été trop anxiogène, ça me faisait peur. » Consciente que son père, retraité, a plus de 60 ans, et que sa mère, danseuse, est asthmatique, elle se rassure comme elle peut : « On va faire attention. Et en plus, comme ça, c’est moi qui irais faire les courses. »

« Je ne sais pas si je peux vivre avec eux si longtemps »

Comme grand nombre d’étudiants, dont tous les cours ont été suspendus, Nolwenn n’a pas résisté à l’appel du vert et des grands espaces. Ses parents vivent dans une vaste maison avec jardin, à cinq minutes d’agréables chemins de campagne. « Au moins je sais que ce n’est pas en allant marcher dans la nature que je vais transmettre le virus !, lâche-t-elle, malgré tout inquiète de cette cohabitation nouvelle. Je ne sais pas encore si je suis capable de vivre avec eux si longtemps, je suis partie à 18 ans parce que je n’en pouvais plus… »

« Ils m’ont demandé de rentrer quand le président a annoncé la fermeture de toutes les universités », confie Léon, 18 ans

A 18 ans, Léon, lui, a obéi à ses parents. En première année de double licence d’histoire-géographie à Paris-I-Panthéon-Sorbonne, il a quitté le domicile familial il y a peu : « Ils m’ont demandé de rentrer quand le président a annoncé la fermeture de toutes les universités. J’étais d’accord. On s’est dit : “Au pire on contamine notre famille et pas les autres”» Confiné avec ses deux petits frères à Lasseube (Pyrénées-Atlantiques), il joue au foot, au basket et à la PlayStation, en attendant de recevoir ses cours en format PDF.

« Ici on ne va croiser personne »

Si la majorité des étudiants veulent avant tout fuir la solitude, Emma, 19 ans, a trouvé une parade pour ne pas faire prendre de risques à sa famille. Installée à Reims (Marne), il n’était pas question pour elle d’aller à Laval rejoindre son père, qui souffre de problèmes respiratoires. Elle a néanmoins hésité à partir à Château-Gontier-sur-Mayenne, chez sa mère : « Je ne voulais pas qu’elle reste seule. Mais c’est trop dangereux. J’ai réalisé que je n’avais rien compris ! »

« Vendredi soir, on a fait la fête parce qu’on savait qu’on ne se reverrait plus », explique Emma

Après une nuit blanche, Emma s’organise et prend la route avec deux amies direction Courteranges (Aube), près de Troyes, pour s’installer dans la maison de campagne d’autres parents vivant en Bulgarie. « C’est plus sûr, dit-elle. Ici on ne va croiser personne. A Reims, vendredi soir, on a fait la fête parce qu’on savait qu’on ne se reverrait plus. Maintenant je culpabilise : on est jeunes et insouciants, mais c’était encore trop irréel. Il est difficile de concevoir une menace qui ne se voit pas. » En arrivant dans ce nouveau cocon, elle s’est écrit un planning. Au programme des festivités : yoga, cuisine, Netflix et apprentissage de l’hébreu, pour préparer son échange en Israël l’année prochaine.

Pour Eloïse, 17 ans, le dilemme n’était pas tout à fait résolu lundi soir. L’étudiante en design à l’école Boulle, à Paris, se demandait : « Où se sent-on vraiment chez soi ? » Elle devrait abandonner le nid de son copain, dans les Deux-Sèvres, pour s’installer chez ses parents, sur l’île d’Oléron (Charente-Maritime). « Ils sont tous les deux kinés et en bonne santé. Je ne vois pas pourquoi je m’inquiéterais. » Et d’ajouter : « Quitte à perdre en liberté et casser la routine, autant faire quelque chose de différent. Chez eux, au moins, je pourrai bricoler et jardiner. »

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.