15 réponses sur “Débrider la contrainte”

  1. C’est le nom d’un film ? Y a pas d’écran dans la grotte.
    Ne pas oublier que quand tout le monde est confiné ça fait autant de spectateurs des excentricités (les rideaux filtrants, c’est une idée, pas opaques pour laisser passer la précieuse lumière)…. Chacun épie les autres, pour savoir comment ils arrivent à passer le temps (= épier les autres, par exemple). Tic, , tac, , tic, , tac, les secondes passent, leeentement.
    Au mieux ça peut les distraire. 🙂 De quoi devenir le clown du coin. A quand une chorégraphie soignée, professionnelle (peut-être des cours sur le web) ? Jongler avec des oranges, des bouteilles (en plastique pour commencer).

  2. Honni soit qui mal y voit !
    D’ailleurs, vous êtes un prof et de ce fait, que vous le vouliez ou non, vous êtes déjà chelou avant tout.

  3. Ici à Berlin on chante l’Ode à la joie à sa fenêtre, tous les soirs à 18h. C’est d’une grande, noble et parfaite dignité, même si on a des couettes sur la tête. Vous autres Franchouillards avec votre Marseillaise belliqueuse et phagocytée par les nationalistes, évidemment, v’z’êtes pas aidés, question fenêtres. Vous pourriez chanter la musique de l’Eurovision, par exemple. Si vous cherchez la partition, c’est l’ouverture du Te Deum de Charpentier, donc tout-à-fait digne aussi, et à l’époque de Charpentier, couettes, fanfreluches et manchettes étaient parfaitement autorisées.

  4. Ah, si seulement mes voisins d’en face pouvaient vous lire ! Ils passent leur temps sur leur balcon, à vociférer dans leur téléphone. Ce n’est plus indigne, c’est obscène.

  5. Y pourraient pas se débrider la contrainte avec des couettes et des manchettes, mes voisins, au lieu de le faire par vocifération sur balcon ? Ou s’y tiennent à vociférer, z’ont qu’à s’éloigner des fenêtres, c’est quand même pas dur à comprendre !

    Lisent pas assez de bandes dessinées, ces gens-là.

  6. Je n’en finis pas de m’étonner que notre société ultra-connectée, où les gens ont investi tant de leur existence sur internet, paraisse tant souffrir de la contrainte de localisation…
    Avoir le nez sur son écran dans son salon ou dans le bus, quelle différence ?

  7. @Ludovic: le bus il bouge, a des arrêts, amène quelque part puis ramène le soir, bilan, retour au même endroit. 🙂 Finalement. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *