9 réponses sur “Grand oral”

  1. C’est plutôt bien, cet ajout d’oral au bac ! Combien d’heures sont consacrées en classe à la préparer ? Dans quelle matière ? Avec quels effectifs ?

    De mon temps, la préparation de l’oral, c’était de faire tous les deux ou trois ans un exposé par groupes de deux ou trois. Les profs ne regardaient pas ce qu’on avait préparé par écrit, on allait directement au casse-pipe public. On passait sur l’estrade en tremblant, et puis la prof descendait le contenu en flammes (comme elle n’avait pas vérifié, on avait toujours oublié un truc important à dire ou trop détaillé tel ou tel sujet dont elle affirmait ensuite par surprise qu’il était mineur) et vous collait une note arbitraire entre 8 et 12. Celles qui étaient particulièrement sadiques demandaient ensuite à la classe comment avait été la prestation, donc au total le seul conseil qu’on recevait pour améliorer sa communication orale, c’était « bof » ou « pas mal », il concernait deux personnes d’un coup, et il venait de pairs qui ne savaient pas mieux s’y prendre que vous !

    Maintenant qu’il y a de l’oral au bac, ça risque enfin de devoir s’améliorer. Quelqu’un sait-il où trouver les textes officiels qui décrivent comment se fait la préparation ?

    1. @ Remy
      « les textes officiels qui décrivent comment se fait la préparation ? »…
      Y’en a pas : c’est le nouveau monde, maintenant.

    2. @Rémy : j’avais lu que ça devait commencer en 3ème, la préparation graduelle mais les premiers concernés vont essuyer les plâtres.
      Le texte c’est pas dans le volume 1 du DebrouillenSieSich ? 🙂 Les enseignants doivent être inventifs, créatifs, semble-t-il.
      En prépa, les khôles c’est pour « répéter » les oraux de concours.

  2. L’oral d’examen/d’embauche, où que cela soit, se résume à une chose:
    Dire ce que la/les personnes en face ont envie d’entendre. S’il faut dire que le cheval blanc d’Henri lV est rose et bien dire qu’il est rose. Le jury n’étant pas forcément compétent ou le tout étant très subjectif.
    Reste après la forme qui peut noyer le fond.

  3. @Photo73 Les khôles préparent effectivement aux oraux de concours. En tant que khôlleur, on n’a pas forcément de grandes compétences en matière de communication orale, mais enfin, on voit les préparationnaires une heure entière plusieurs fois dans l’année, donc on peut regarder comment ils s’y prennent et leur donner des conseils relativement fondés. Et puis l’oral des concours ne demande pas non plus d’immenses talents d’orateur, s’habiller proprement, parler distinctement et présenter son raisonnement dans un ordre logique sont à la portée de tous les préparationnaires, le rôle du khôlleur est surtout de signaler le problème aux candidats qui s’y prennent mal ; en cas de panique et de bredouillage, on dit de respirer et de recommencer une seule phrase à la fois, et en deux coups de cuillère à pot, on a à peu près réglé la question de l’expression orale pour ce qui concerne les oraux des concours. (Ce qui ne signifie pas du tout que les candidats sauront communiquer oralement dans la Vraie Vie, mais ça, c’est aux Grandes Écoles de s’en occuper.)

    Maintenant, en classe, au lycée, c’est une tout autre clientèle… Il faut bien voir que tout le monde ne rentre pas en prépas ; enseigner à parler à des gens qui savent déjà penser, c’est facile, on y arrive sans trop de formation. Mais à l’ensemble de la population, c’est une autre paire de manches ! Les profs savent s’exprimer oralement, mais il faudrait quand même prévoir quelques heures pour qu’ils puissent transmettre leur savoir-faire aux élèves, et organiser des exercices assortis de conseils pratiques et pas seulement d’un « glop » ou « pas glop »… De l’enseignement, quoi… Enfin bon, moi j’dis ça comme ça sous l’emprise du bon sens et des traumatismes encaissés dans mon enfance, mais personne non plus m’a proposé de devenir Ministre de l’ÉN ni membre du Comité des Programmes, hein…

    1. @Rémy :
      y a un article sur LeMonde, Education « Qui est vraiment Cyril Delhay, promoteur du grand oral au bac ? » au sujet du promoteur de l’oral du Bac. « tout le monde peut parler devant un public de cent personnes sans aucune note et pendant dix minutes. « C’est plus facile qu’apprendre à nager » » plouf. 🙂

Répondre à Photo73 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *