Des poils lui poussent dans la bouche

A et B : poils au niveau de la gencive autour des 4e et 5e dents. C : poils retirés. D : poils dans la gencive du palais (12 et 13e dent). E : poil au niveau de la 14e dent. F : poils en regard de la 26e dent. Zhurakivska K, et al. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2020 Feb;129(2):e200-e203.

C’est l’histoire d’une jeune femme de 25 ans qui présente des poils qui poussent dans la gencive autour de certaines dents. Vous avez bien lu ! D’ailleurs, ce n’est pas la première fois. Elle a consulté six ans auparavant pour le même motif.


En 2009, cette patiente s’était présentée dans le service d’odontologie et de chirurgie buccale de l’université de Campania ‘Luigi Vantitelli’ de la ville de Foggia (Italie). A cette époque, elle a 25 ans. Elle ne prend aucun médicament. A l’examen clinique, les stomatologistes notent que la jeune femme présente des poils exubérants au niveau du menton et du cou. Surtout, ils constatent la présence de poils noirs, ressemblant à des cils, dans la bouche, entre la gencive et des incisives supérieures.

Les dosages hormonaux montrent des taux anormalement élevés de testostérone et de LH (hormone lutéinisante). L’échographie abdominale révèle la présence de nombreux kystes dans les ovaires, ce qui permet de porter le diagnostic de syndrome des ovaires polykystiques. Cette maladie est caractérisée par une légère obésité, des irrégularités menstruelles ou une absence de règles, ainsi que par des signes d’un excès d’androgènes : augmentation de la pilosité (hirsutisme), acné. La plupart des patientes ont plusieurs kystes dans les ovaires. Cette pathologie permet donc d’expliquer la présence de ces poils. Les médecins procèdent à l’ablation de poils qualifiés d’hétérotopiques, c’est-à-dire situés en position aberrante. Ils retirent également du tissu gingival situé à proximité immédiate des poils buccaux.

La patiente est ensuite adressée en consultation d’endocrinologie. Un traitement contraceptif oral lui est alors prescrit. Cette hormonothérapie permet d’améliorer les signes cliniques au bout de quatre mois et d’empêcher une récidive.

Poils noirs sortant du sillon gingival entre la gencive libre (entourant les dents) et les incisives supérieures. Zhurakivska K, et al. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2020 Feb;129(2):e200-e203.

Mais voilà donc que la patiente consulte dans le même service d’odontologie six ans plus tard car elle présente à nouveau ce curieux symptôme, cette fois accompagné de poils sur le menton et sur le cou. Cette observation clinique est rapportée dans le numéro de février 2020 de la revue Oral surgery, oral medicine, oral pathology, oral radiology.


Une biopsie est réalisée. L’examen au microscope du petit fragment de gencive prélevé montre une légère hypertrophie de l’épithélium mais surtout la présence d’un poil au sein du tissu gingival.


La patiente est adressée en endocrinologie. Les médecins demandent à la revoir après trois mois. Finalement, la jeune femme revient consulter un an plus tard. L’examen clinique montre alors de nombreux poils dans la gencive qui entoure de nombreuses dents au niveau de la mâchoire supérieure (maxillaire) et inférieure (mandibule). La patiente avait interrompu son traitement hormonal pour des raisons inconnues, ce qui a eu pour conséquence la réapparition de poils dans la bouche mais également à d’autres endroits.

Cause inconnue

Dans l’espèce humaine, les poils sont généralement localisés au niveau de la peau du visage, du cou, du torse, des aisselles, du pubis et des membres. Il arrive cependant, extrêmement rarement, que des poils soient retrouvés dans des localisations inhabituelles. On ne compte que cinq observations cliniques de poils hétérotopiques dans la littérature médicale internationale. C’est cependant la première fois qu’un tel cas est observé chez une femme.

On ignore toujours l’origine des poils buccaux. On peut toutefois noter que la cavité orale dérive sur le plan embryologique d’une structure appelée stomodeum. Cette bouche primitive est délimitée par une couche de cellules (ectoderme) pouvant potentiellement produire des poils, des glandes sébacées et d’autres structures cutanées.

Autres cas extrêmement rares

La première description de poils buccaux remonte à 1960. Des médecins londoniens décrivent alors la découverte fortuite de la présence de poils au niveau de l’orifice de la parotide (glande salivaire) à l’autopsie d’une femme de 57 ans.

En 1980, des dentistes américains de l’université de Floride ont rapporté la présence d’un poil poussant au niveau de la gencive de la mâchoire inférieure chez un homme de 45 ans. Ce patient indique que ce poil est présent depuis son adolescence.

En 1986, des médecins polonais ont rapporté le cas d’un adolescent de 13 ans présentant plusieurs poils dans la bouche. Curieusement, cet enfant souffre, depuis l’âge de 3 ans, d’une pelade, affection caractérisée par des plaques de cheveux qui tombent soudainement. Des poils noirs, mesurant 4 à 6 mm de long mais plus fins que des cheveux, sortent de la gencive du maxillaire droit. Les médecins réalisent l’excision de tous les poils buccaux. Ceux-ci étaient apparus pour la première fois un an plus tôt. Lors du suivi médical, les médecins constatent que les poils repoussent au même endroit deux mois plus tard. Curieusement, leur croissance diminue sous l’effet du traitement de la pelade.


Un cheveu sur la langue

En 2007, des stomatologistes et dentistes iraniens ont décrit le cas d’un enfant de 11 ans ayant des poils de 8 à 9 mm de long dans la bouche depuis quelques jours. Ce jeune enfant ne prend aucun médicament et est par ailleurs en bonne santé. Il présente des poils qui poussent dans la gencive qui borde les lèvres, la bouche, la langue et le palais. Des poils sont même présents sur la surface de la langue, ainsi qu’au niveau de l’oropharynx (carrefour des voies aériennes et digestives), ce qui explique que le jeune patient est parfois pris de nausées. Les poils finissent par tomber spontanément dans la bouche mais repoussent très rapidement. Une situation particulièrement pénible pour le jeune garçon, bon élève et très sportif. Les résultats de la biopsie gingivale ne permettent pas d’en savoir plus sur l’origine des poils.

Enfin, en 2016, des spécialistes du département d’odontologie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière (Paris) ont rapporté le cas d’un homme de 30 ans, non fumeur, en bonne santé et ne prenant ni médicament, ni substance illicite. Il est venu consulter pour un poil localisé sur le dos de la langue, au niveau de la ligne médiane. Les médecins décident d’en réaliser l’excision sous anesthésie locale. Ce patient déclare qu’il a pris l’habitude d’arracher ce poil au cours des trois dernières années mais que celui-ci repousse en quelques jours.

Quelque chose me dit que vous repenserez à ce billet de blog la prochaine fois que vous croiserez une personne qui, pour de toutes autres raisons, aura un cheveu sur la langue.

Marc Gozlan (Suivez-moi sur Twitter, sur Facebook)

Pour en savoir plus :

Zhurakivska K, Toni G, Laino G, Franco R, Troiano G, Laino L, Ronchi A. An unusual case of recurrent gingival hirsutism. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol. 2020 Feb;129(2):e200-e203. doi: 10.1016/j.oooo.2019.08.003

Rochefort J, Guedj A, Lescaille G, Hervé G, Agbo-Godeau S. A hair on the tongue. Rev Stomatol Chir Maxillofac Chir Orale. 2016 Nov;117(5):357-358. doi: 10.1016/j.revsto.2016.04.005

Femiano F, Rullo R, Serpico R, Lanza A, Festa VM, Laino G. An unusual case of oral hirsutism in a patient with polycystic ovarian syndrome. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod. 2009 Dec;108(6):e13-6. doi: 10.1016/j.tripleo.2009.07.045

Agha-Hosseini F, Etesam F, Rohani B. A boy with oral hair: case report. Med Oral Patol Oral Cir Bucal. 2007 Sep 1;12(5):E357-9. 

Fetkowska-Mielnik K, Piatkowska A, Mielnik-Blaszczak M. A rare case of numerous oral hairs in a 13-year-old boy with alopecia areata. Oral Surg Oral Med Oral Pathol. 1986 Sep;62(3):267-9. doi: 10.1016/0030-4220(86)90006-X

Miles AE. A hair follicle in human cheek mucosa. Proc R Soc Med. 1960 Jul;53:527-8.

2 réponses sur “Des poils lui poussent dans la bouche”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *