Brésil : entre crise sanitaire et crise politique

Machado (Brésil)

En pleine crise sanitaire du covid-19, le bilan s’alourdit de jour en jour au Brésil avec déjà plus de 16 000 morts. Mais le président Jair Bolsonaro ne semble toujours pas s’inquiéter. Alors qu’à la mi-avril, il avait décidé de limoger son ministre de la santé Luiz Henrique Mandetta, son successeur Nelson Teich démissionne à son tour en moins d’un mois, pour désaccord sur la gestion de la crise… Il ne s’agit pas là d’un cas unique : une trentaine de demandes en destitution déjà ont été déposées auprès du président de la Chambre des députés. Mais Bolsonaro continue dans le déni et précipite son pays dans un véritable chaos.

Report des Jeux Olympiques 2020

Falco (Cuba)

Les Jeux Olympiques, qui devaient se dérouler cet été à Tokyo (Japon), n’échappent pas à la crise sanitaire du covid-19, qui touche le monde entier. Le comité international olympique a décidé officiellement, ce mardi 24 mars, de reporter d’une année au plus tard les jeux olympiques, afin de « sauvegarder la santé des athlètes et de la communauté internationale ».

Nos soignants en première ligne

Lars Refn (Danemark)

Depuis lundi 16 mars, l’Union européenne a fermé ses frontières. Le coronavirus (covid-19), catégorisé comme pandémie par l’OMS, a contraint plusieurs pays au confinement presque total de la population pour une durée de plusieurs semaines. Le corps médical est face à un défi extrêmement sérieux et doit affronter un afflux croissant de malades.

L’Europe, face à une double crise

Tjeerd Royaards (Pays-Bas), Cartoon movement
Frontière UE – Restez dehors – Quarantaine – Restez dedans

L’Union européenne est confrontée à une double crise : à la fois sanitaire, avec l’épidémie du coronavirus (covid-19) qui frappe le continent, et à la fois migratoire, avec l’afflux massif de réfugiés syriens ces dernières semaines. Les pays nationalistes de la zone (comme la Hongrie) trouvent là, des prétextes en or pour se barricader…

Trumpcare: une réforme malsaine…

« Vieux, malades, pauvres – Votre santé n’est pas vraiment mon problème »

Joel Pett (Etats-Unis), paru dans Lexington Herald

C’était l’une des principales promesses de campagne du candidat Trump, et l’un de ses premiers décrets en tant que président des États-Unis: la réforme du système de santé Obamacare. Ce dispositif, instauré par l’administration démocrate, avait fait l’objet de nombreuses critiques, mais avait néanmoins permis l’accès à une couverture médicale pour de nombreux américains. La loi qui vise à le remplacer, présentée lundi 6 mars au Sénat, ne fait pas l’unanimité au sein des républicains. Par ailleurs, les classes moyennes américaines redoutent une augmentation de leurs coûts d’assurance, car elles ne peuvent bénéficier du Medicaid réservé aux populations les plus défavorisées.