« I can’t breathe »

Hall (Etats-Unis)
Je n’arrive plus à respirer – Racisme – Amérique noire

Minneapolis, lundi 25 mai : George Floyd, un afro-américain de 46 ans, est mort par étouffement suite à une interpellation policière d’une violence insoutenable. Plaqué au sol, étranglé par le genou d’un policier pendant 10 minutes, il n’a pas survécu.
Les agents qui ont sévi ont été limogés et une enquête est ouverte. Mais depuis, Minneapolis est le théâtre d’émeutes de colère et d’indignation, qui ouvrent à nouveau la plaie profonde du racisme aux Etats-Unis.

Israël : procès de Benyamin Netanyahou

Khalil (Palestine)

Une grande première en Israël où un chef du gouvernement encore en fonction est traduit en justice pour des accusations de corruptions. Premier ministre de 1996 à 1999 et depuis 2009, Benyamin Netanyahou a comparu lors de son procès dimanche 24 mai, au tribunal du district de Jérusalem. Âgé de 70 ans, il est accusé d’avoir reçu des pots de vin en échange de faveurs et d’amadouer le plus grand quotidien payant d’Israël, le Yediot Aharonot. Après une heure d’audience, le procès a été ajourné au 19 juillet prochain, avocats réclamant un délai supplémentaire pour étudier les éléments de preuves retenus contre lui.

Brésil : entre crise sanitaire et crise politique

Machado (Brésil)

En pleine crise sanitaire du covid-19, le bilan s’alourdit de jour en jour au Brésil avec déjà plus de 16 000 morts. Mais le président Jair Bolsonaro ne semble toujours pas s’inquiéter. Alors qu’à la mi-avril, il avait décidé de limoger son ministre de la santé Luiz Henrique Mandetta, son successeur Nelson Teich démissionne à son tour en moins d’un mois, pour désaccord sur la gestion de la crise… Il ne s’agit pas là d’un cas unique : une trentaine de demandes en destitution déjà ont été déposées auprès du président de la Chambre des députés. Mais Bolsonaro continue dans le déni et précipite son pays dans un véritable chaos.

Le couple franco-allemand pour une relance européenne?

Kroll (Belgique), Le Soir

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont présenté, lors d’une conférence de presse lundi 18 mai, les bases d’une relance européenne. Les deux dirigeants, qui s’exprimaient conjointement à distance, se sont finalement mis d’accord et proposent que la Commission européenne s’endette à hauteur de 500 milliards d’euros pour faire face à la crise. Une solidarité que certains États membres (Pays-Bas, Autriche, Suède, Danemark…) jugent irresponsable tandis que d’autres, touchés de plein fouet par la crise (Italie, Espagne, France, Portugal, Grèce…), l’appelaient de leurs voeux.

Pékin-Washington : le torchon brûle

Emad Hajjaj (Jordanie)

Nombreuses déjà étaient les tensions entre Pékin et Washington mais la crise sanitaire du coronavirus les a exacerbées à un point particulièrement inquiétant : accusations d’espionnage et de piratage de la recherche, course au vaccin… C’est une guerre d’égo qui se joue entre les deux premières puissances mondiales et elle n’augure rien de bon…

Les priorités du déconfinement

Darío (Mexique)

On prédisait un monde d’après où la surconsommation appartiendrait au passé… Mais dès la réouverture des magasins en France ce lundi 11 mai, à en croire les interminables queues qui se formaient devant les magasins de prêt-à-porter d’une célèbre marque espagnole, on dirait que le monde d’après attendra un peu…

L’école pour tous ?

Bado (Canada)

Il y a maintenant deux mois, les écoles étaient les premiers établissements à fermer. Dans certains pays européens, elles seront les premières à rouvrir après plusieurs semaines de confinement. Le Danemark a été le premier à s’être aventuré dès le 15 avril, avec la réouverture des crèches et des écoles primaires. À l’inverse, en Italie et en Espagne, la rentrée ne se fera pas avant septembre. En France, la reprise des cours suscite encore beaucoup d’angoisses et de questionnements pour les maires, les enseignants et les parents qui préfèrent éviter tout risque…

Déconfinement : la lumière au bout du tunnel ?

Marco De Angelis (Italie)

Évènement tant attendu par la population mondiale après deux mois de confinement, le retour à la liberté sera conditionnelle et se fera très progressivement. Alors que certains pays ont déjà entrepris le déconfinement comme l’Allemagne et l’Autriche, où les citoyens peuvent déjà circuler librement, d’autres comme l’Italie depuis cette semaine sortent à petits pas, craignant une deuxième vague de l’épidémie. Un déconfinement sous haute surveillance donc, où gestes barrières et distanciations sociales devront être impérativement respectés.

Redémarrage en cours

Chappatte (Suisse)

Après plus d’un mois de mise à l’arrêt, les pays abordent en ordre dispersé la phase délicate de déconfinement pour faire redémarrer leur économie. La réouverture des écoles reste la préoccupation majeure, certains pays (notamment l’Espagne et l’Italie) ayant préféré attendre la rentrée de septembre. La crainte d’une deuxième vague est une épée de Damoclès et le déconfinement apparaît parfois plus dangereux que le confinement.

 

Monsieur Propre

Darío (Mexique)

Le président américain Donald Trump a de nouveau fait parler de lui jeudi 24 avril, à la Maison Blanche, lors d’une conférence de presse sur le covid-19.
Bill Bryan, conseiller scientifique du département de la Sécurité intérieure, présentait une étude selon laquelle le virus s’affaiblit dans un environnement chaud et humide et qu’il peut être combattu par des désinfectants sur certaines surfaces. « Est-ce qu’il y a un moyen de faire quelque chose comme ça avec une injection à l’intérieur ou presque comme un nettoyage? » interroge immédiatement le président des Etats-Unis.
Les réactions ahuries des politiques, scientifiques, industriels… ne se sont pas fait attendre pour dissuader les américains de boire de l’eau de javel, tandis que le centre anti-poison de New York recevait un nombre accru d’appels…