Toques et astuces en Tarn-et-Garonne

La Cuisine, le centre d’art et de design culinaire de Nègrepelisse, déploie des trésors d’ingéniosité.

Par Publié le 21 mars 2018 à 09h47 - Mis à jour le 21 mars 2018 à 16h29

Temps de Lecture 7 min.

Article réservé aux abonnés

Une performance culinaire réalisée par Anna Burlet, l’artiste aux fourneaux de La Cuisine, lors du vernissage de l’exposition « La Centrale », à Nègrepelisse, le 10 février 2018.

C’est dans la forteresse de Nègrepelisse, en plein Tarn-et-Garonne, qu’a lieu le vernissage le plus branché de ce début d’année. Branché, au sens végétal du mot : en ce samedi 10 février, les amateurs d’art papillonnent parmi une foule de branchages, agencés au creux des remparts. Au bout des bouts de bois pendouillent de drôles de boules : il s’agit de gueulardises. Les plus chanceux se délectent de succulents falafels à la pistache ; les moins vernis tombent sur des akènes de platane, tout juste bons à jouer les poils à gratter. Non loin, des copeaux de fromage, disposés sur des bûchettes, complètent la mise en bouche.

Comme lors de chaque inauguration d’exposition, La Cuisine, le centre d’art et de design culinaire de ce village situé à 70 km au nord de Toulouse, a mis les petits plats dans les grands. Autour des créations concoctées par l’artiste aux fourneaux, Anna Burlet, chacun y va de son selfie au falafel : ici, à l’inverse de ce qui se pratique dans moult raouts, les invités se rincent l’œil avant de se ruer sur les amuse-gueules.

De fait, tout le gratin artistique occitanien, ou presque, s’est réuni dans le château médiéval reconverti. A équidistance des fromages et d’un joli plateau de galeristes pyrénéens, on trouve Jean-Dominique Fleury, tout sourire. Le vénérable maître verrier, collaborateur du plus fameux plasticien français en activité, Pierre Soulages, est un habitué des lieux : à ce jour, La Cuisine est la seule construction dans l’Hexagone de l’agence catalane RCR, lauréate du prix Pritzker – équivalent architectural du Nobel – en 2017, avec le Musée Soulages de Rodez.

Association itinérante

Distants d’une grosse centaine de kilomètres, les deux bâtiments ont été inaugurés à quinze jours d’intervalle, à l’été 2014 : « Je ne comprends pas pourquoi on n’a toujours pas mis en place des circuits Rodez-Nègrepelisse pour les férus d’archi ! », s’emporte Jean-Michel Place, localisé, lui, à proximité de la buvette. Avec toute la générosité qui le caractérise, l’éditeur ajoute : « Un jour, j’ai pris en stop un touriste japonais qui avait fait le voyage en bus puis à pied pour admirer le chef-d’œuvre de RCR. Insensé ! » Tout le monde, ici, connaît « Jean-Mi » : fada de dadaïsme, spécialisé dans les revues d’avant-garde – ce qui ne l’empêche pas de compter des publications équestres ou notariales à son catalogue –, ce Parisien de naissance mais Occitanien d’adoption fut l’un des premiers soutiens de La Cuisine, dont il édite sans relâche ouvrages et catalogues, quand il n’en héberge pas, dans sa bâtisse qui jouxte Nègrepelisse, quelques invités de passage.

Il vous reste 71.01% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.