Placements : attention aux arnaques en ligne qui se multiplient avec la crise du Coronavirus

En cette période la vigilance est de mise concernant certains produits commercialisés sur Internet qui se targuent d’offrir des rendements alléchants.

Par Publié le 25 mars 2020 à 06h01 - Mis à jour le 25 mars 2020 à 07h50

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Certains escrocs profitent de cette période chahutée pour inventer de nouvelles offres et appâter des internautes angoissés.

C’est ce qu’on appelle un dommage collatéral. « La crise du coronavirus et l’effondrement des marchés financiers engendrent des peurs légitimes auprès des épargnants. Mais nous redoutons que certains escrocs profitent de cette période chahutée pour inventer de nouvelles offres et appâter des internautes angoissés », explique Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants au sein de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Depuis janvier dernier, le gendarme financier a déjà recensé dans sa liste noire treize nouveaux sites frauduleux de vente d’or mais d’autres vont être ajoutés d’ici peu. « On voit aussi apparaître des sites qui jouent sur les terminologies en associant, par exemple, les mots trading, immunité et coronavirus », avertit Claire Castanet. Le gendarme des marchés financiers américain (SEC) a récemment mis en garde les investisseurs sur la promotion de sociétés cotées en Bourse censées prévenir, détecter ou guérir le coronavirus et dont la valeur devrait bondir.

Les arnaques financières n’ont pas attendu la crise sanitaire pour fleurir sur la Toile.

« Néanmoins, ceux qui les mettent au point vont vouloir profiter de l’inquiétude ambiante pour convaincre certains épargnants, confinés chez eux, à la recherche de placements censés être des valeurs refuges », craint Claire Castanet.

Diamants, terres rares, bitcoins, investissements dans de grands crus ou spiritueux comme le whisky… les escroqueries liées aux placements alternatifs sont légion et les victimes perdent des milliers d’euros, parfois les économies de toute une vie. En septembre dernier, l’AMF, le parquet de Paris et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) avaient déjà tiré la sonnette d’alarme. Selon leurs estimations, les investissements fictifs ont fait perdre plus d’un milliard d’euros aux épargnants entre juillet 2017 et juin 2019.

Lire aussi Comment prêter de l’argent à un proche

Car ces offres sont omniprésentes, proposées par mail ou dans des publicités sur Internet, sur les applications mobiles ou les réseaux sociaux. « Ces sites, à l’apparence sérieuse, sont souvent très bien documentés, souligne Claire Castanet. Tout le monde peut se laisser berner, même les plus avertis. » Surtout, ils surfent sur les modes et l’actualité et peuvent concerner des placements plus classiques. Ainsi, par exemple, en février dernier, avec la baisse du rendement du Livret A à 0,5 %, on a vu apparaître sur la Toile des offres de faux livrets d’épargne, présentés comme des alternatives et offrant jusqu’à… 7 % ! Un rendement miraculeux qui devrait pourtant faire fuir tout épargnant, sachant que les produits sécurisés ne rapportent plus grand-chose ces derniers mois.

Il vous reste 51.25% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.