De l'observation des usages

Par Publié le 05 juin 2000 à 19h14 - Mis à jour le 05 juin 2000 à 19h14

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

L'homo sapiens du XXIe siècle devant un écran d'ordinateur peut être un sujet d'étude passionnant. La façon dont celui-ci manipule son PC, les fonctionnalités de son traitement de texte - qu'il utilise ou pas -, l'usage qu'il fait de son portable, sont des détails anodins pour l'utilisateur lambda mais très révélateurs pour un spécialiste. Ce spécialiste, c'est l'anthropologue, qui de plus en plus délaisse le vaste monde pour celui beaucoup plus réduit, mais non moins exotique parfois, de l'entreprise ou du salon familial.

Parce qu'ils étudient la façon dont nous utilisons les différents outils technologiques dans le cadre professionnel ou domestique, les chercheurs en sciences sociales intéressent désormais les entreprises high-tech. Que ce soit dans une démarche de recherche pour développer de nouveaux produits ou services, ou pour expérimenter des prototypes avant commercialisation par exemple, les anthropologues apportent en effet une véritable expertise sur l'usage des technologies. « A l'inverse des spécialistes du marketing, qui sont concentrés sur la marque, les anthropologues travaillent sur le dévelop pement », confie Dominique Desjeux, professeur d'anthropologie sociale à la Sorbonne, chercheur au CNRS et directeur technique du cabinet de conseil en sciences sociales Argonautes.

Ainsi, en examinant l'usage que les abonnés font de leur téléphone mobile, les chercheurs en sciences sociales du laboratoire « Usage, créativité, ergonomie » de France Télécom Recherche et Développement ont pu établir que les personnes le plus facilement joignables sont également celles qui utilisent le plus leur téléphone portable.En revanche, les plus difficiles à contacter sont aussi celles qui l' utilisent le moins. « A partir de là, nous avons eu l'idée de développer des services qui facilitent le contact direct, par exemple, des solutions de transfert d'appel », explique Christian Licoppe, chef du laboratoire. Sans être une recette miracle, le recours aux anthropologues permet ainsi de réduire une partie de l'incertitude qui pèse sur la décision de lancer telle ou telle innovation.

A la différence d'un ergonome, qui travaille sur les rapports à l'objet en s'intéressant à la taille, la couleur, l'anthropologue, lui, étudie le code social dans lequel l'objet ou le service va s'intégrer. Pour cela, il s'immerge dans le quotidien des personnes, et utilise une palette de techniques de recueil d'information. « Aux éléments recueillis lors d'entretiens face à face, nous ajoutons des éléments glanés par observation sur le terrain ou lors d'animations de groupe », explique Pierre-Jean Benghozi, directeur de recherche au CNRS et au centre de gestion de l'Ecole polytechnique. Toutes ces données qualitatives sont, le cas échéant, recoupées avec des données quantitatives dans le but de pondérer la diversité des pratiques, des perceptions et des opinions.

Il vous reste 40.17% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.