L'informatique sous-traitée

Par Publié le 17 avril 2000 à 15h33 - Mis à jour le 17 avril 2000 à 15h33

Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

GESTION du parc automobile, gardiennage, nettoyage des locaux... les entreprises ont pris l'habitude depuis longtemps d'externaliser, c'est-à-dire de sous-traiter, des activités qu'elles ne jugent pas relever de leur métier. Au cours de ces dernières années, c'est au tour de l'informatique de prendre la poudre d'escampette. Aventis, Yoplait ou encore Rossignol ont ainsi confié la gestion de leur système d'information à des sociétés de services. En retour, le prestataire prend en charge la gestion de parc informatique, l'assistance aux utilisateurs, la maintenance, l'exploitation et l'évolution du système d'information. Globale ou partielle (la seule gestion du parc micros, par exemple), l'externalisation informatique, appelée également « infogérance », fait de plus en plus d'adeptes chez les entreprises françaises.

Une étude réalisée par l'IFOP en 1999 auprès de 400 entreprises indiquait que 62 % des directeurs informatiques et 51 % des chefs d'entreprise souhaitaient y recourir. Si la greffe de l'infogérance est en train de prendre dans les entreprises, c'est qu'elles y voient un formidable moyen de réduire les coûts et d'optimiser leurs performances globales. « La motivation principale est la possibilité de gains sur des fonctions comme le support en bureautique, souligne Jean Prévot, consultant responsable de l'activité externalisation chez Ernst & Young, un service de »help-desk' ou de hot-line coûte cher s'il doit être mis en place en interne. »

Le développement de l'infogérance s'explique aussi par l'arrivée d'applications complexes, comme les progiciels de gestion intégrée (PGI), qui demandent des compétences pointues. S'adresser à l'extérieur permet dès lors de s'affranchir de la formation de ses propres informaticiens mais aussi de disposer d'un matériel dernier cri. Mais opter pour une solution d'infogérance n'est pas sans risque : à trop déléguer, on risque de perdre la maîtrise de son propre système. Conscients de ce danger, entreprises et prestataires essaient de mettre en place une organisation irréprochable constituée des deux côtés par des professionnels de l'infogérance.

Il vous reste 46.55% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.