Ils mettent de l'ordre dans le commerce électronique

Par Publié le 13 décembre 1999 à 10h43 - Mis à jour le 13 décembre 1999 à 10h43

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

NON-RESPECT de la propriété industrielle et des droits d'auteur, diffamation, revente de données privées, contrats de fournitures sur le Web... Internet semble jonché de problèmes juridiques. Pourtant, des textes nationaux existent. Placés au premier plan de ce chantier juridique, avocats et juristes subissent de plein fouet les effets de la révolution Internet sur leur profession.

Olivier Itéanu, avocat d'affaires spécialisé dans le secteur des nouvelles technologies et de l'information, représente ce nouveau courant de juristes qui entretient des rapports étroits avec le Web. « La profession d'avocat est particulièrement bien servie par l'évolution des technologies, explique-t-il. Elles permettent à un cabinet de dix personnes comme le nôtre de pouvoir accéder à des ressources extérieures équivalant à celles des grosses structures. De plus, l'envoi de contrats, l'échange et la correction de documents par e-mail offrent un gain de temps énorme, dans une profession où le volume de paperasses est très important », explique Olivier Iteanu.

Murielle-Isabelle Cahen est, elle aussi, avocate. Elle fait partie de ces quelque 10 % d'avocats français qui ont créé leur propre site Internet. Elle y propose des conseils et une assistance juridique, mais pas de consultation en ligne, car c'est interdit en France. « Dès le premier contact avec un client par l'intermédiaire du Web, je l'invite à me téléphoner pour continuer la consultation », explique-t-elle. Le cyber-avocat français n'est donc pas encore au bout de la souris.

Mais les bouleversements engendrés par Internet ne se limitent pas à l'utilisation d'outils innovants. Ils changent aussi le métier même du juriste. Outre les avocats qui se spécialisent en droit de l'Internet, il existe pour les juristes un vivier d'emplois au carrefour du droit et des nouvelles technologies. « Internet n'est devenu un objet juridique en France que depuis trois ans, rappelle Cyril Rojinsky, avocat au sein du cabinet Freshfields. La toute première décision de justice dans ce domaine date de 1996. C'est dire si nous ne sommes qu'au début de l'Internet juridique.  »

Il vous reste 49.14% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.