Bayreuth au temps d’Hitler

Mme Winifred Wagner, belle-fille de Richard Wagner et ancienne directrice du festival de Bayreuth, est morte mercredi 5 mars à Veberlinger (Bade - Wurtemberg) à l'âge de quatre-vingt-deux ans.

Par JACQUES LONCKAMPT Publié le 07 mars 1980 à 00h00 - Mis à jour le 07 mars 1980 à 00h00

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Dans la lignée de grands personnages qui ont fait Bayreuth - ce Walhalla où se poursuit une étrange guerre des Atrides..., - Winifred Wagner, qui vient de mourir à l'âge de quatre-vingt-deux ans, a tenu une place éminente ; anglaise, épouse du fils de Richard Wagner, amie d'Hitler, elle a été la maîtresse absolue des festivals de 1930 à 1944, avant d'en être écartée au profit de ses fils. Silencieuse pendant trente-deux ans, elle serait oubliée ou inconnue en France, si, récemment, un film de Syberberg ne l'avait ressuscitée, parlant pendant deux heures et proclamant sans pudeur son attachement indéfectible au maître du IIIe Reich (le Monde du 28 octobre 1979).

Destin hors série que celui de cette femme, née le 23 juin 1897 à Hastings, dont le père, écrivain gallois, meurt un an plus tard, et la mère actrice d'origine allemande, l'année suivante. Ballottée dans sa prime enfance entre l'Angleterre et l'Allemagne, à dix ans elle est adoptée par Karl Klindworth, un oncle par alliance de soixante-dix-sept ans, pianiste, élève de Liszt, qui a été l'ami d’Hans de Bülow et surtout le familier de Richard Wagner, dont il a réduit pour piano l'Anneau du Nibelung.

Klindworth amène Winifred à Bayreuth en 1914. Siegfried, le fils de Wagner, croit voir en cette superbe jeune fille " la Sieglinde rêvée par son père " ; elle se fait naturaliser allemande et l'épouse, le 22 septembre 1915 : elle n'a encore que dix-huit ans et autour d'elle se referme le cercle de ce milieu figé dans le conservatisme et l'ultranationalisme, sous l'influence d'un autre Anglais, Houston Stewart Chamberlain, gendre de Wagner, théoricien du racisme, et la tutelle de Cosima, qui a abandonné la direction des festivals en 1909, mais vivra jusqu'en 1930. Siegfried est un compositeur de peu d'envergure, chef d'orchestre estimable, esprit médiocre, mais qui fait bien fonctionner le festival.

Hitler vient pour la première fois à Bayreuth en octobre 1923, enchanté des théories qu'il y entend et, après sa captivité à Landsberg, assiste au deuxième festival de l'après-guerre en 1925 : " La saison était compliquée par la présence du protégé de Winifred, Adolf Hitler ", écrit le romancier Hugh Walpole. " Il venait d'être relâché de prison. Il avait l'air minable, sale, très efféminé, très nerveux. Quand Winifred me dit qu'il serait un jour le sauveur du monde, j'ai éclaté de rire. " (The Listener, cité par le Monde du 5 avril 1976.) Dès 1926, Winifred s'inscrit par amitié au parti nazi, où d'ailleurs elle ne militera guère.

Il vous reste 51.83% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.