L’un des principaux responsables du génocide au Rwanda était mort depuis près de vingt ans

Le procureur du Mécanisme chargé de traquer les derniers génocidaires a confirmé le décès d’Augustin Bizimana, ministre de la défense en 1994, grâce à des analyses ADN.

Par et Publié le 22 mai 2020 à 16h45 - Mis à jour le 22 mai 2020 à 19h09

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Commémoration, le 2 mai 2020, à Kigali, des victimes du génocide de 1994 au Rwanda, qui fit plus de 800 000 morts en trois mois.
Commémoration, le 2 mai 2020, à Kigali, des victimes du génocide de 1994 au Rwanda, qui fit plus de 800 000 morts en trois mois. YASUYOSHI CHIBA / AFP

Moins d’une semaine après l’arrestation à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) de Félicien Kabuga, considéré comme le financier du génocide des Tutsi qui avait fait 800 000 morts entre avril et juillet 1994, Serge Brammertz, procureur du Mécanisme international résiduel pour les tribunaux pénaux, a annoncé, vendredi 22 mai, le décès d’Augustin Bizimana, ministre de la défense du gouvernement intérimaire du Rwanda au moment du génocide. Une mort remontant à près de deux décennies.

Lire aussi Rwanda : Félicien Kabuga veut « être jugé en France »

« Cette confirmation est basée sur l’identification concluante des restes de Bizimana dans un site funéraire à Pointe-Noire, en République du Congo », annonce un communiqué de presse du bureau du procureur. « A la fin de l’année dernière, le Bureau a effectué une analyse ADN sur des échantillons de restes humains obtenus précédemment », est-il précisé. Au cours des derniers mois, des analyses effectuées par l’Institut médico-légal des Pays-Bas ont permis de conclure que « les restes » analysés étaient bien les siens.

Parallèlement, le Mécanisme, chargé notamment de la traque des derniers fugitifs, a « vérifié des éléments de preuve supplémentaires concernant les circonstances du décès de Bizimana », lui permettant de confirmer la mort de l’ancien ministre. Selon ces analyses, il serait décédé en août 2000 à Pointe-Noire. La rumeur de sa disparition courait depuis longtemps et sa confirmation officielle referme le dossier ouvert contre lui par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) en 1998.

Génocidaires en fuite

Né en 1954 dans la commune de Byumba, dans le nord-est du Rwanda, Augustin Bizimana avait été nommé ministre de la défense en juillet 1993. Il avait conservé son poste dans le gouvernement génocidaire qui avait été constitué, le 8 avril 1994, au sein de l’ambassade de France. Par ses fonctions, il était donc parfaitement au courant de la circulation des armes et des explosifs à l’intérieur du pays, puisqu’il avait autorité sur les Forces armées rwandaises (FAR). Augustin Bizimana a ainsi participé au plan visant à l’extermination des Tutsi en armant les soldats, les miliciens, mais aussi en soutenant l’élaboration de listes de personnes à abattre.

Il vous reste 63.66% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.