Rwanda : Félicien Kabuga veut « être jugé en France »

L’homme d’affaires rwandais, considéré comme le financier du génocide des Tutsi, a comparu pendant une cinquantaine de minutes devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris.

Par Publié le 20 mai 2020 à 18h45 - Mis à jour le 21 mai 2020 à 06h22

Temps de Lecture 3 min.

L’avis de recherche de Félicien Kabuga, après son arrestation, au bureau de l’Unité de suivi des fugitifs du génocide à Kigali, le 19 mai.
L’avis de recherche de Félicien Kabuga, après son arrestation, au bureau de l’Unité de suivi des fugitifs du génocide à Kigali, le 19 mai. SIMON WOHLFAHRT / AFP

C’est dans un fauteuil roulant que Félicien Kabuga, escorté par deux gendarmes, a été conduit à la barre, mercredi 20 mai. L’homme d’affaires rwandais, qui était encore la semaine dernière l’un des hommes les plus recherchés du monde, avant son arrestation, le 16 mai, à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), a comparu pendant une cinquantaine de minutes devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris.

Celle-ci doit examiner la validité du mandat d’arrêt émis par le Mécanisme des tribunaux pénaux internationaux (MTPI) de La Haye – une structure chargée d’achever les travaux du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), lequel a fermé ses portes à la fin 2014 – puis émettre un avis sur son transfèrement afin qu’il y soit jugé pour « génocide » et « crimes contre l’humanité ».

Vêtu d’un jean et d’un pull sombre, Félicien Kabuga n’a plus toute sa mobilité, mais il a toujours son regard vif et perçant. Il semble aussi avoir conservé sa mémoire. Après avoir décliné son identité, il a fait rectifier le prénom de son père et sa propre date de naissance : « Je suis né le 1er mars 1933 », a-t-il dit en kinyarwanda, la langue du Rwanda, d’une voix assez faible et en se vieillissant au passage de deux ans par rapport à la date annoncée. Il s’est déclaré veuf, père de onze enfants, et actuellement « sans travail parce qu’en prison ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fin de cavale pour Félicien Kabuga, grand argentier du génocide rwandais

Accusé d’avoir armé les miliciens interahamwe

Recherché par la justice internationale, Félicien Kabuga est considéré comme le financier du génocide des Tutsi, qui a fait 800 000 morts entre avril et juillet 1994. Il est accusé d’avoir armé les miliciens interahamwe (« ceux qui travaillent ensemble », en kinyarwanda), en achetant notamment des centaines de milliers de machettes au cours des mois qui précédèrent les massacres.

Un croquis montre Félicien Kabuga, l’un des derniers suspects clés du génocide rwandais de 1994, devant la cour d’appel de Paris, le 20 mai.
Un croquis montre Félicien Kabuga, l’un des derniers suspects clés du génocide rwandais de 1994, devant la cour d’appel de Paris, le 20 mai. BENOIT PEYRUCQ / AFP

Il lui est aussi reproché d’avoir créé la Radio-télévision libre Mille Collines, ce média qui diffusait à longueur de journée des messages de haine (« Vous allez mettre le feu aux Tutsi et ils vont regretter d’être nés… Faites du bon travail !) et de la musique entraînante, pour donner aux tueurs du cœur à l’ouvrage.

Lire aussi Au Rwanda, les funestes échos de Radio-Mille Collines

Le visage impassible, Félicien Kabuga a écouté la lecture par la présidente du tribunal des cinq chefs d’accusation imprescriptibles retenus contre lui dans le mandat d’arrêt du TPIR : génocide, complicité de génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide, tentative de génocide et entente en vue de commettre le génocide.

L’audience reportée au 27 mai

Les avocats de l’homme d’affaires rwandais, qui est incarcéré dans le quartier des personnalités de la prison de la Santé, ont obtenu un report de l’audience, qui doit également statuer sur le maintien en détention du prévenu. « Nous allons maintenant préparer sa défense, a déclaré MLaurent Bayon, l’un de ses avocats. Son souhait est qu’il soit jugé en France pour sa santé et pour les conditions dans lesquelles il sera jugé. Il est par ailleurs scandaleux de le traiter de génocidaire, comme l’ont fait la gendarmerie et le procureur général, car il est présumé innocent. » La prochaine audience a été fixée au 27 mai.

Les avocats de Félicien Kabuga, Mes Laurent Bayon (à gauche) et Emmanuel Altit (à droite), à la cour d’appel de Paris, le 20 mai.
Les avocats de Félicien Kabuga, Mes Laurent Bayon (à gauche) et Emmanuel Altit (à droite), à la cour d’appel de Paris, le 20 mai. CHRISTOPHE ENA / AP

« Il faut s’attendre à ce que le procès se tienne à Arusha [au siège de l’ex-TPIR, en Tanzanie] », a indiqué à l’Agence France-Presse le procureur du MTPI, Serge Brammertz, sans exclure que l’accusé soit dans un premier temps hébergé à La Haye, à cause des difficultés de transports aériens liées au Covid-19. « Bien sûr, compte tenu de la pandémie mondiale, avec des soucis évidents et des difficultés dans les voyages internationaux, on ne peut pas exclure que M. Kabuga soit d’abord transféré à La Haye, le temps de préparer son transfert à Arusha. »

Sous les encouragements d’une douzaine de proches, dont l’un des ses fils, Félicien Kabuga a quitté la salle d’audience parisienne le poing levé.

Lire aussi Génocide au Rwanda : Félicien Kabuga s’oppose à sa remise à la justice
Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.