Washington condamne les violences en Guinée et critique le pouvoir d’Alpha Condé

Les troubles liés au référendum constitutionnel de dimanche auraient fait une trentaine de morts et des centaines de blessés par balle selon l’opposition.

Le Monde avec AFP Publié le 26 mars 2020 à 12h13

Temps de Lecture 2 min.

Des proches portent le corps d’un homme décédé lors d’affrontements entre la police et des manifestants à Conakry, le 22 mars 2020.
Des proches portent le corps d’un homme décédé lors d’affrontements entre la police et des manifestants à Conakry, le 22 mars 2020. CELLOU BINANI / AFP

Les Etats-Unis ont condamné mercredi 25 mars les violences liées au référendum constitutionnel dimanche en Guinée, qui ont fait une trentaine de morts selon l’opposition, et critiqué le pouvoir. Le collectif qui mène la fronde contre le changement de Constitution voulu par le président Alpha Condé estime qu’au moins « neuf personnes ont été tuées à Conakry, une à Dubréka (ouest), une à Mamou (centre) et 21 à N’Zérékoré (sud) ». Il fait état de « centaines de blessés par balle ». Les autorités parlaient mardi de six morts, dont deux dues à un « accident » et un problème de santé.

Lire aussi Elections en Guinée : quand le coronavirus fait les affaires d’Alpha Condé

Les Etats-Unis, par un communiqué de leur ambassade, expriment leurs « vives inquiétudes » et condamné « toutes les exactions ». Washington dit « partager » les préoccupations internationales sur l’organisation du scrutin, la régularité des listes électorales retenues et l’absence de dialogue entre le pouvoir et l’opposition, absence à laquelle le gouvernement n’a pas remédié, note la diplomatie américaine.

Le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a fait part de sa « grande préoccupation ». Dans un communiqué, il condamne « tous les actes de violence, l’usage excessif de la force », ainsi que « les violences à connotation intercommunautaire » survenues à N’Zérékoré (sud). La France avait estimé mardi que le référendum et les législatives qui se sont tenues simultanément n’étaient « pas crédibles ».

450 bureaux de vote « saccagés »

Après des mois de tension qui avaient déjà coûté la vie à au moins trente-deux civils et un gendarme, le président Alpha Condé a décidé de tenir le référendum et de passer outre aux protestations de l’opposition, qui l’accuse de vouloir briguer un troisième mandat.

Le pouvoir n’a toujours fourni aucune indication précise sur la participation ou l’annonce de résultats. Le ministre de l’administration du territoire, Bouréma Condé, a cependant assuré mercredi que « l’immense majorité des Guinéens » avait pu voter « dans la discipline, la sérénité et la quiétude totale ». Les appels au boycott « se sont traduits par endroits par des actes de violence », a-t-il reconnu, en faisant état de quelque 450 bureaux de vote « vandalisés » ou « saccagés » et d’un mort près de Mamou.

Lire aussi « Une indigence morale tient en otage le devenir démocratique de la Guinée »

Des habitants et des officiels de N’Zérékoré ont rapporté entre dimanche et mardi une succession d’exactions par des bandes armées, contre les personnes, les lieux de culte, les habitations. Ces violences entrecroisent les appartenances ethniques et religieuses et les allégeances supposées au pouvoir ou à l’opposition.

L’ampleur du bilan humain de ces violences restait à établir précisément. Un haut fonctionnaire de l’administration locale juge que « personne n’est capable de dire avec exactitude » le nombre réel de victimes. Il avance le chiffre de « 23 morts ». Un médecin de l’hôpital de N’Zérékoré affirme que « 22 corps ont été acheminés à la morgue ». « Au moins 35 personnes manquent à l’appel », a précisé un responsable de la société civile locale s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.