Massacre au Cameroun : l’ONU veut une enquête « indépendante et impartiale »

Vingt-trois personnes, dont une majorité d’enfants, ont trouvé la mort lors d’une opération militaire dans la partie anglophone du pays.

Le Monde avec AFP Publié le 18 février 2020 à 14h51

Temps de Lecture 2 min.

Des soldats camerounais de la Brigade d’intervention rapide (BIR) à Kerawa, en mars 2016.
Des soldats camerounais de la Brigade d’intervention rapide (BIR) à Kerawa, en mars 2016. Joe Penney / REUTERS

L’ONU a réclamé mardi 18 février aux autorités camerounaises une enquête « indépendante, impartiale et complète » après la mort de vingt-trois personnes, dont une majorité d’enfants, dans la partie anglophone du pays, lors d’une opération militaire. « Nous pressons les autorités de s’assurer que l’enquête sera indépendante, impartiale et complète, et que les responsables rendent des comptes », a déclaré le Haut-Commissariat de l’ONU pour les droits de l’homme (HCDH) dans un communiqué.

Lire aussi Cameroun : l’attaque d’un village fait 22 morts, dont 14 enfants selon l’ONU

Le communiqué, qui se fonde sur des informations d’employés de l’ONU sur le terrain, indique que, sur les vingt-trois personnes tuées, on compte quinze enfants, dont neuf de moins de 5 ans. Un précédent bilan fourni dimanche par un représentant de l’ONU au Cameroun faisait état de vingt-deux civils tués, dont quatorze enfants, une femme enceinte et deux femmes portant des bébés. Une femme enceinte est morte plus tard de ses blessures, selon le communiqué.

« Des témoins ont déclaré qu’une quarantaine d’hommes armés, comprenant des membres des forces de sécurité et de défense, ont attaqué le village » dans le nord-ouest du pays, « en ouvrant le feu et en incendiant des maisons », selon la même source. Les autorités ont pour leur part « déclaré que des membres des forces de défense et des gendarmes avaient été attaqués par des gens à l’intérieur du village, résultant dans un échange de tirs qui a provoqué les flammes qui ont touché plusieurs habitations », ajoute le HCDH.

« Malheureux accident »

Le 14 février peu avant l’aube, des hommes armés – 40 à 50 portant tous des uniformes de l’armée et certains masqués, selon des témoignages recueillis par des travailleurs humanitaires contactés par l’AFP – ont attaqué le quartier de Ngarbuh, dans le village de Ntumbo, puis ont tué par balle et brûlé des habitants. L’armée a de son côté assuré lundi que le drame était le résultat d’un « malheureux accident » après des échanges de tirs entre forces de sécurité et rebelles sécessionnistes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Cameroun, la mort au bout de la piste

Le Haut-Commissariat de l’ONU relève que le gouvernement a promis une enquête « dont les conclusions seraient rendues publiques. » « Nous appelons le gouvernement à s’assurer que les forces de sécurité se conforment aux normes légales internationales applicables quand elles mènent des opérations », poursuit l’ONU, qui demande également aux groupes armés séparatistes de respecter « leurs responsabilités conformément à la loi internationale. Toutes les parties doivent s’abstenir d’attaquer des civils ».

Depuis 2017, le conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest peuplées principalement par la minorité anglophone camerounaise a déjà fait plus de 3 000 morts et 700 000 déplacés. L’armée camerounaise comme les séparatistes armés sont accusés par des ONG internationales de défense des droits humains d’exactions contre des civils dans ces deux régions.

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.