Au Soudan du Sud, la guerre sans fin des éleveurs surarmés

Dans le centre du pays, où se côtoient différents clans dinka, les violences sont récurrentes et deviennent de plus en plus meurtrières.

Par Publié le 13 février 2020 à 20h00 - Mis à jour le 18 février 2020 à 09h15

Temps de Lecture 5 min.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

De jeunes éleveurs et leur troupeau, à Udier (Soudan du Sud), le 8 mars 2019.

Malgré les risques d’attaques, les bergers sont venus. Depuis les « cattle camps » éparpillés des kilomètres à la ronde, ils ont convergé vers le village de Maper, pour bénéficier de la campagne de vaccination du bétail conduite par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). C’est la quatrième année consécutive que ce programme a lieu à Rumbek North, région centrale du Soudan du Sud où se côtoient différents clans dinka.

Ici, il n’y a ni réseau téléphonique, ni radio, ni télévision, ni journaux. La route qui relie Maper à Rumbek, la capitale régionale à 100 kilomètres au sud, est impraticable à cause des pluies la moitié de l’année. Et à quelques kilomètres au nord, on arrive en territoire nuer, sous contrôle de l’opposition armée dirigée par l’ancien vice-président Riek Machar, un Nuer, principal opposant au président Salva Kiir, un Dinka, dans la guerre civile qui a éclaté en décembre 2013. Les populations de Rumbek North, isolées, survivent grâce au bétail, surtout lorsque les inondations et la violence réduisent les récoltes à peau de chagrin, comme cela a été le cas fin 2019.

Lire aussi Au Soudan du Sud, la mise en œuvre laborieuse de l’accord de paix

Fin novembre, des combats ont éclaté entre le clan de Maper et celui du village voisin, Malueeth. Trois jours de violence qui ont fait 79 morts et 101 blessés. Le CICR a même évacué ses employés ainsi que 29 blessés graves pour les soigner à l’hôpital militaire de Juba, la capitale du pays. C’est seulement deux mois plus tard, fin janvier, que l’organisation a pu reprendre la vaccination, les formations aux premiers secours et au respect des droits de base à destination des « Gelweng », les « protecteurs du bétail » en dinka.

Ces jeunes hommes ont un look très travaillé. Cheveux décolorés par l’application d’une mixture de cendres et d’urine de vache, ils sont coiffés d’une plume ou d’un foulard rouge en signe de danger, portent un bracelet d’ivoire et d’autres amulettes de protection autour des poignets. Ils portent aussi un AK-47 en bandoulière et n’hésitent pas à s’en servir pour défendre leur « cattle camp » ou venger l’un des leurs.

« Des meurtres par vengeance »

C’est dans les années 1990 que les bergers dinka ont été armés par le Mouvement/Armée de libération du peuple du Soudan (SPLM/A) de John Garang, pour protéger les communautés civiles des attaques de Riek Machar et des Nuer, en pleine guerre contre le gouvernement de Khartoum. Depuis, les gardiens de troupeaux ont conservé leurs armes et les violences interclaniques sont devenues de plus en plus meurtrières. D’autant que l’émergence d’un nouveau conflit national en 2013, deux ans après l’indépendance du Soudan du Sud, a rendu le désarmement total des Gelweng impossible.

Lire aussi Soudan du Sud : cent jours de plus accordés à Salva Kiir et Riek Machar pour former un gouvernement

« Nous refusons d’être désarmés », admet Mathiang Gur, venu vacciner ses vaches à Maper, djellaba à fleurs et kalachnikov posée sur les genoux. Si nos voisins sont désarmés, nous pourrons l’accepter aussi. Mais pour l’instant, Riek Machar est toujours dans le maquis et on nous attaque aussi depuis les Etats voisins. Nous devons défendre notre bétail. » Pourtant, selon lui, les violences communales ne sont pas causées par la possession de bétail : « Ce sont des meurtres par vengeance, des tueries sans fin. » En novembre 2019, c’est l’assassinat d’un commerçant de Malueeth par des jeunes de Maper qui a déclenché la vague de violence.

Machot Kur a reçu une balle dans le dos lorsque lui et ses collègues de Malueeth ont lancé une attaque contre Maper le lendemain du meurtre, pour venger la victime. Evacué par le CICR et soigné à Juba, puis revenu au village, il a toujours du mal à marcher et jure qu’il ne veut plus participer à ces violences. « La situation est toujours tendue, observe-t-il. Nous attendons que le gouvernement fasse quelque chose. Sinon, les gens se font justice eux-mêmes. »

« C’est très facile d’acheter des armes »

Prises de court et sans aucune capacité d’intervention lorsque les combats ont éclaté, les autorités locales ont dû attendre que des soldats gouvernementaux soient déployés depuis Rumbek, le quatrième jour. La Mission des Nations unies au Soudan du Sud a envoyé soixante-quinze casques bleus dans les semaines qui ont suivi. Depuis lors, à part des incidents isolés qui n’ont pas dégénéré en affrontements de masse, une paix apparente règne sur les deux villages.

Sur le site de la vaccination destinée aux bergers de Malueeth, les jeunes hommes luttent pour faire entrer les troupeaux dans l’enclos où attendent quatre vaccinateurs munis de pistolets seringues. Les vaches aux cornes immenses beuglent, se débattent, finissent par céder face à la ténacité et à l’agilité de leurs gardiens.

Lire aussi Au Soudan du Sud, l’emploi est le nerf de l’après-guerre

Mathiang Dony et quelques autres Gelweng se tiennent debout à quelques mètres de l’enclos. Son AK-47 contre lui, il explique qu’ici à Rumbek North, « c’est très facile d’acheter des armes. Parfois, ce sont des soldats qui en échangent contre des vaches ». Mais Mathiang Dony imagine très bien, un jour, garder ses troupeaux sans armes à feu. « Nous espérons que la paix à Juba sera couronnée de succès et que le gouvernement nous désarmera, précise-t-il. Ensuite, oui, nous garderons nos vaches avec des bâtons ! »

L’urgence d’un désarmement des civils

Le commissaire de Maper, Moses Maker Majok, estime que « la situation aujourd’hui est OK ». Il affirme « contrôler les jeunes » et dit avoir arrêté les auteurs de l’assassinat du commerçant de Malueeth, « qui vont être présentés à la justice, lorsque des tribunaux mobiles seront mis en place, avec participation des chefs traditionnels et des autorités de l’Etat », un processus soutenu par la Mission des Nations unies au Soudan du Sud. Il est convaincu qu’une fois « le gouvernement formé, à Juba, avec Riek Machar, un désarmement sera conduit partout au Soudan du Sud. Alors, les armes arrêteront de retourner dans les mains des civils ».

Lire aussi Le Soudan du Sud, pays où l’on est le moins heureux au monde

Akuel Ciagor, chassée de son village par les violences, parle à voix basse, pudique. Son unique fils a été tué sur le chemin de l’école en novembre 2019, « alors qu’il ne savait même pas qu’il y avait des combats ». Pourtant, Akuel ne veut pas la vengeance : « Il y a ceux qui disent qu’il faut le venger. Mais ensuite, quelqu’un d’autre va encore mourir, cela ne s’arrêtera jamais. La seule chose que je veux, c’est la paix. Je suis prête à pardonner. »

Pendant les premiers jours de février, alors que Rumbek North vivait au rythme de la mise en place d’un processus de justice et de paix pour les familles des victimes, des combats opposaient deux clans de Rumbek East, faisant plus de 70 morts. Une démonstration de plus de l’urgence d’un désarmement général des civils, alors que le processus de paix au Soudan du Sud entre dans une phase critique. Riek Machar était de retour à Juba lundi 17 février pour des négociations menées avec le président Salva Kiir en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale, déjà reportée à deux reprises, et qui doit intervenir le 22 février.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.